Arshavin, nouvelle belle passe

Voir le site Euro 2012 de football

Arshavin, nouvelle belle passe
Par Glenn CEILLIER|Ecrit pour TF1|2012-06-15T17:30:34.000Z, mis à jour 2012-06-16T18:49:21.000Z

Andrei Arshavin, auteur de trois passes décisives à l'Euro, a retrouvé ses jambes lors de son prêt au Zenit. Si ses performances font toujours autant débat, il est redevenu la rampe de lancement de la Russie.

L'Euro, c'est un peu son jardin. Andrei Arshavin s'y sent comme chez lui et a pris la bonne habitude d'en profiter pour faire parler de lui. En 2008, le petit génie du Zenit Saint-Pétersbourg avait explosé aux yeux du monde footballistique avec ses accélérations ravageuses sur les flancs de la Russie. Quatre ans plus tard, il est reparti sur les mêmes bases. Au premier match face à la République tchèque (4-1), il a été étincelant avec deux passes décisives. Au deuxième contre la Pologne (1-1), il a sorti une prestation plus contrastée. S’il a été impliqué sur le but polonais et un peu trop personnel par séquence, il a aussi été déterminant avec une nouvelle passe décisive. Cet Euro pourrait encore été marqué de son empreinte.

Il y a quelques mois, Andrei Arshavin était pourtant loin de remplir toutes les conditions pour réaliser un bel Euro. Son début de saison à Arsenal n'était pas à la hauteur des attentes avec ses deux petits buts toutes compétitions confondues avec les Gunners. Irrégulier, critiqué par les supporters qui jugeaient ses performances insuffisantes et ne goûtaient pas son côté nonchalant, le "Tsar" était de plus en plus souvent un simple remplaçant dans la composition d'Arsène Wenger. Mais son retour sous forme de prêt au Zenit Saint-Pétersbourg, son club formateur, à la fin du mercato l'a relancé.

Déjà trois passes

Le milieu offensif russe de 30 ans a perdu ses 5 kilos de trop, a retrouvé la joie de jouer et le chemin des filets avec ses trois réalisations lors des six dernières journées du championnat russe. La Russie s'en frotte les mains. Car elle a retrouvé le vrai Arshavin, si imprévisible et si redoutable pour les défenses adverses. Certes, ses performances font d'ailleurs toujours autant jaser, en bien ou en mal. Comme il a encore pu s'en apercevoir après ses deux premières sorties en Ukraine et en Pologne. Mais c'est le lot de tout joueur de talent qui ne laisse personne insensible et sait que l'on ne lui pardonnera rien.

Qu'importe d'ailleurs ! Car si certains lui reprochent son côté individualiste lors du deuxième match, Dick Advocaat - qui l'a eu sous ordres de 2006 à 2009 au Zenit - lui confère toute sa confiance. Il en a d'ailleurs fait son capitaine. Arshavin peut surtout avancer ses statistiques pour faire taire ses détracteurs. Avec trois passes décisives, il est le meilleur passeur de l'Euro. Et il a été directement impliqué dans six des neuf derniers buts de la Russie en phase finale de l’Euro (2 buts, 4 passes décisives). S'il continue de briller dans ce rôle de rampe de lancement pour alimenter à la perfection ses coéquipiers, la Russie pourrait faire mal et aller loin. En demi-finales comme en 2008 ou peut-être plus.

Arshavin, nouvelle belle passe