Quel avenir pour la sélection anglaise ?

Voir le site Euro 2012 de football

Quel avenir pour la sélection anglaise ?
Par SeriousCharly|Ecrit pour TF1|2012-05-24T13:43:38.000Z, mis à jour 2012-05-26T15:21:01.000Z

Après l’épisode chaotique qui a suivi la démission de Fabio Capello puis la nomination de Roy Hodgson, l’Angleterre s’est enfin trouvée une liste de 23 joueurs pour l’Euro. Cependant, pour beaucoup des joueurs, l’Euro 2012 marquera probablement la fin de leur carrière internationale.

Gardiens de but :

Après des années d’errance, l’Angleterre s’est trouvé un numéro 1 qui va probablement le rester jusqu’à sa fin de carrière. Joe Hart semble parti pour tenir encore 10 bonnes années dans les cages anglaises. Derrière, les prétendants n’affluent pas. Robert Green a 32 ans, et John Ruddy, Scott Carson et David Stockdale sont bien en dessous du portier de City. Quant aux jeunes comme Amos, Smithies ou Steele, ils n’ont pour le moment pas l’étoffe de futurs grands. Hart paraît bien parti pour faire une Van der Sar à l’anglaise.

Défense :

La défense sera à coup sûr le plus gros chantier de la sélection anglaise après l’Euro. Alors que Rio Ferdinand est déjà out, deux autres titulaires sont sur la fin, et pas des moindres : John Terry et Ashley Cole. Les deux tauliers de la défense anglaise vont laisser à leur départ un trou immense.

Dans l’axe, Cahill, Lescott et Jagielka semblent pouvoir boucher le trou. Cependant, Cahill pèche par son irrégularité, Jagielka et Lescott ne sont plus tout jeunes (29 ans) et derrière, Smalling n’a pas encore confirmé à Manchester United. Seul Phil Jones semble pouvoir combler le trou laissé par Terry sur la durée, et éventuellement Steven Caulker, le jeune défenseur de Swansea prêté par Tottenham, s’il parvient à confirmer.

A gauche, le problème est tout autre. Ashley Cole laissera sa place à Leighton Baines, le latéral d’Everton. Ce dernier ne compte que sept sélections, et est loin, très loin d’égaler Ashley Cole. Derrière Baines, c’est le désert. Il y aurait bien Kieran Gibbs d’Arsenal, mais son irrégularité reste un problème. Le jeune Ryan Bertrand de Chelsea, récemment titulaire et vainqueur de la Ligue des Champions, fait également partie des candidats, mais manque cruellement d’expérience.

A droite, Kyle Walker a les atouts pour devenir un pilier de la défense, et Glen Johnson a encore quelques années dans les jambes.

En somme, l’avenir de la défense anglaise inquiète. Si la solidité du côté droit est assurée, ce n’est pas le cas du reste du secteur défensif. Gary Cahill montre encore des signes de faiblesse, et Gibbs et Bertrand n’ont pas encore fini de faire leurs preuves. La défense pourrait donc être le gros point faible de l’Angleterre du futur.

Milieu :

Dans l’entrejeu, le sélectionneur anglais aura également fort à faire, et pour cause, tous les titulaires sont de potentiels retraités. Gareth Barry, Steven Gerrard (qui n’envisage pas de s’arrêter en équipe nationale même si cela dépendra de la volonté du sélectionneur), Scott Parker (31 ans tous les trois) et Frank Lampard (33 ans) sont sur la fin. Ne restera dans l’axe, parmi les sélectionnés pour l’Euro, que James Milner. Tout sera à reconstruire pour la sélection anglaise, qui compte néanmoins un certain nombre de joueurs prometteurs.

Au poste de récupérateur, impossible de ne pas citer Jack Rodwell. Le 6 d’Everton fait probablement parti des futurs très grands milieux de Premier League. Son éclosion n’est qu’une question de temps. Un peu plus en avant, Adam Johnson reprendra le flambeau avec Cleverley et probablement Jordan Henderson. Enfin, au poste de milieu offensif, Jack Wilshere concentre toute l’attention, en espérant que ses blessures cessent de l’empoisonner.

L’Angleterre compte par ailleurs quelques joueurs plus jeunes assez prometteurs. Gary Gardner (Aston Villa) et Josh McEachran (Chelsea) font figure de relayeurs potentiels pour les années futures, tandis que Jonjo Shelvey (Liverpool) marche sur les pas de Jack Wilshere dans un registre plus offensif.

Malgré un effort de reconstruction indispensable, l’Angleterre semble avoir de quoi construire un milieu solide pour les prochaines années.

Attaque :

Sur les ailes, l’Angleterre compte du talent, du gros talent même. Les anciens de Southampton Alex Oxlade-Chamberlain (18 ans) et Theo Walcott (23 ans) sont du voyage en Pologne et en Ukraine et semblent indéboulonnables. Ashley Young, le Mancunien, et Stewart Downing, malgré sa saison catastrophique, sont également présents. On citera derrière eux Daniel Sturridge qui peut occuper l’aile droite, et Henri Lansbury dont la première sélection ne devrait plus trop tarder.

A la pointe de l’attaque, l’Angleterre devrait dire au revoir à Peter Crouch (31 ans), Bobby Zamora (31 ans) et peut-être Jermaine Defoe (29 ans). Pas de panique cependant : "l’infernal" Wayne Rooney est intouchable et a encore de beaux jours devant lui. Vient ensuite le jeune Danny Welbeck de Manchester United, dont on n’attend plus qu’il s’installe durablement en sélection. Darren Bent reste en embuscade.

D’autres possibilités existent : Andy Carroll n’a que 23 ans et a encore le temps de ressusciter. Gabriel Agbonlahor et Fraizer Campbell sont également là, dans un style plus "rapide" que celui de Carroll.

Fin de cycle donc pour l’Angleterre au vu des piliers qu’elle va perdre après l’Euro. Avec les probables retraites de Frank Lampard, Steven Gerrard, John Terry ou encore Ashley Cole, ce sont des joueurs majeurs du onze anglais qui s’en vont et qui laissent au futur sélectionneur anglais un gros chantier à prendre en main. Les ressources existent, et elles ne manquent pas de talent, mais il faudra beaucoup d’efforts pour parvenir à exploiter tout ce potentiel au sein d’une équipe qui court après un titre sur la scène internationale depuis plus de 50 ans. A voir si Phil Neville, qu’on annonce comme le futur sélectionneur anglais après Roy Hodgson, aura les épaules pour supporter le job.

Retrouvez l’ensemble de l’article sur Flashfoot