Baros, 2004 est loin derrière

Voir le site Euro 2012 de football

Baros, 2004 est loin derrière
Par Glenn CEILLIER|Ecrit pour TF1|2012-06-20T16:47:48.000Z, mis à jour 2012-06-21T21:05:36.000Z

Milan Baros n'a tenté que deux tirs depuis le début de l'Euro. Mais le meilleur buteur de l'Euro 2004 reste titulaire pour la République tchèque qui défie le Portugal en quarts de finale, jeudi Varsovie.

Il faut mettre les points sur i tout de suite. On parle ici du Milan Baros de 2012. Pas de celui de 2004. Au grand dam des supporters de la République tchèque. A l'Euro 2004, l'attaquant tchèque avait été d'une efficacité redoutable pour terminer meilleur buteur du tournoi avec cinq réalisations. Avant son arrivée en Pologne et en Ukraine, il en était d'ailleurs à cinq buts en sept tirs cadrés à l'Euro. Mais cette année, l'attaquant de Galatasaray n'est plus que l'ombre du serial-buteur de 2004.

Ses premiers matches durant ce championnat d'Europe ont été le symbole de cette chute. Déjà peu efficace durant la phase éliminatoire avec un petit but (ndlr : contre le Liechtenstein) en sept rencontres, l'ancien Lyonnais a souvent été transparent. Incapable de peser, discret et peu servi, il a dû attendre le troisième match et 217 minutes sur les pelouses polonaises pour cadrer son premier tir. Il a d'ailleurs été plus souvent signalé en position de hors-jeu (3) qu'il n'a tenté de tirs (2).

Enfin décisif face à la Pologne

Ces chiffres n'aident pas à améliorer sa popularité, en chute libre ces dernières années dans son pays natal. Lors des premiers matches, il a ainsi été sifflé par ses propres supporters. Qu'importe, l'attaquant, sacré champion de Turquie en mai avec Galatasaray où il a marqué 8 buts en 28 matches cette saison, reste concentré. Il sait qu'il conserve le soutien de son entraîneur. "Baros ne mérite pas ça, il a tout de même marqué 41 buts pour l'équipe nationale. Je regrette qu'ils le sifflent, nos supporters ont créé une ambiance fantastique, mais ça, ce n'est vraiment pas la peine", a lancé Michal Bilek après la victoire contre la Grèce (1-2).

Malgré son faible rendement, Baros, qui ne parle pas à la presse, a d'ailleurs été aligné à chaque fois dans l'équipe de départ tchèque durant cet Euro. Michal Bilek n'a de toute manière pas vraiment le choix. Sa sélection, qui a inscrit 12 petits buts lors des qualifications (le plus faible total des équipes qualifiées à l'Euro), manque de relève à ce poste. Sa doublure désignée, Tomas Pekhart, l'attaquant de Nuremberg, n'a ainsi toujours pas marqué le moindre but en sélection. Michal Bilek fait donc avec. Et croise les doigts pour que Baros retrouve un peu de son impact de 2004 avant la fin de l'Euro. Le déclic a peut-être d'ailleurs déjà eu lieu. Face à la Pologne, l'ancien Lyonnais a parfaitement lancé Petr Jiracek pour le seul but du match (1-0). Sa première action décisive dans cet Euro. Les Tchèques espèrent que ça ne sera pas la dernière.