Ben Arfa, le soliste parmi les solistes

Voir le site Euro 2012 de football

Ben Arfa, le soliste parmi les solistes
Par Hichem SADAOUI|Ecrit pour TF1|2012-05-08T20:09:51.000Z, mis à jour 2012-05-09T16:05:20.000Z

Laurent Blanc dira ce soir s’il souhaite faire cohabiter Samir Nasri, Franck Ribéry, Hatem Ben Arfa et Florent Malouda à l’Euro. Les deux derniers cités sont en concurrence.

Ce mercredi vers 18 heures, Laurent Blanc va trancher le sort de joueurs parmi ceux qui suscitent le plus de débats, de commentaires et d’emballement: les milieux offensifs qui s’exportent remarquablement bien mais dont le rendement ou les prestations sous le maillot bleu déchaînent les passions. Si les présences de Samir Nasri et Franck Ribéry dans cette première mouture ne font aucun doute, celles d’Hatem Ben Arfa et de Florent Malouda font partie des grands dossiers que tranchera le président. La présence simultanée des quatre hommes n’est pas inenvisageable. Mais est-elle raisonnable et quel sens cela aurait-il ? La parole du sélectionneur est attendue sur ces sujets.

Considéré par son sélectionneur comme l'un des rares, avec Benzema, à pouvoir changer le destin d'un match sur un coup d'éclat, Franck Ribéry sort de sa saison la plus aboutie en club. Finaliste de la Ligue des champions (le 19 mai), le Munichois a une revanche à prendre sur 2010, Knysna, sa mauvaise Coupe du monde, son rôle de mutin. Si en revanche le numéro 7 du Bayern se présente dans le même état d'esprit qu'en Allemagne quatre ans plus tôt, il a tout pour être l’une des grandes stars de cet Euro. Sa réconciliation avec le grand public français est à ce prix.

Nasri, c’est le moment

Ben Arfa, le soliste parmi les solistes

Après un début de saison compliqué, marqué par un transfert houleux d'Arsenal à City, Samir Nasri a également retrouvé son football depuis plusieurs semaines. Omniprésent lors de la victoire face à United (1-0), la semaine dernière, l'ancien Marseillais profite de la saison tronquée de Yoann Gourcuff et de la perte de vitesse de Marvin Martin pour s'imposer comme un recours incontournable.

Interrogé sur le rôle dans lequel il compte utiliser Samir Nasri à l'Euro dans L'Equipe, mercredi, Blanc a d'ailleurs confirmé qu'il le voyait plus dans celui d'attaquant sur un côté qu'en vrai meneur de jeu. "Le petit Samir Nasri peut tenir ce rôle mais ce n'est pas comme ça qu'il est utilisé à City et il doit simplifier son jeu, a expliqué l'ancien entraineur de Bordeaux. Lui, Ce n'est pas un vrai numéro 10. Parce qu'il aime dribbler, c'est plutôt un attaquant", a-t-il tranché. Ecarté par Raymond Domenech lors du Mondial 2010, à peine utilisé à l’Euro 2008, il doit, à bientôt 25 ans, enfin exprimer son talent lors d'une compétition internationale.

Par qui ces deux incontournables seront-ils accompagnés ? Laurent Blanc prendra-t-il le risque, en y ajoutant Florent Malouda et Hatem Ben Arfa, de prendre quatre milieux offensifs aux caractères bien trempés sans courir le risque que les egos se frottent une nouvelle fois sur le positionnement ou tout simplement le meilleur moment pour lâcher le ballon? Sachant que Jérémy Ménez et Mathieu Valbuena sont également des candidats solides, la tendance qui se dessine semble être à un duel entre les deux anciens Lyonnais.

Ben Arfa a-t-il pris le dessus sur Malouda ?

A son arrivée en juillet 2010, Blanc avait expliqué qu'il fallait absolument "être bon et incontournable en club" pour aspirer au maillot frappé du coq. S'il s'en tient à ses critères de l'époque, Ben Arfa (25 ans, 8 sélections) a comblé son retard et même pris de l’avance sur le Londonien. Désormais indiscutable à Newcastle, auteur de buts et de prestations particulièrement marquantes, il réalise probablement les cinq mois les plus convaincants de sa carrière depuis le mois de janvier. "Hatem, je n'ai pas attendu ses dernières productions pour le suivre", a expliqué le Cévénol dans Téléfoot, dimanche, le jugeant de nouveau "sélectionnable". Souvent décrit comme le "joker" parfait pouvant faire la différence malgré un temps de jeu réduit, le chouchou de Saint-James Park peut apporter la fraîcheur et la spontanéité qui manquent à une équipe de France au jeu trop souvent lisible.

Disposant d'un temps de jeu plus que réduit à Chelsea, Malouda n'a en revanche jamais convaincu Roberto Di Matteo d'en faire un titulaire à part entière. Dans le onze de départ à seulement quatre reprises lors des seize derniers matches, le Guyanais a été relégué au rang de faire-valoir par Sturridge et Kalou. Autrefois considéré comme un cadre, le gaucher, buteur en Allemagne (1-2) lors de la dernière rencontre des Bleus, a dû attendre le temps additionnel pour faire son entrée lors de la victoire en finale de la Cup (2-1) face à Liverpool, samedi. Sur "la forme du moment" chère à Blanc, il est fragile. Mais Blanc, qui déplore souvent le manque d’expérience de son équipe, ne dispose nulle part ailleurs d’un homme à 74 sélections. Avec deux Coupes du monde et un Euro au compteur, l'ancien Guingampais fait figure de taulier dans un groupe qui en manque cruellement. Suffisant pour être de l'aventure? Pour déminer le terrain, Blanc a expliqué, toujours dans l'Equipe, que dans son esprit, Malouda n'était plus un milieu gauche mais un relayeur. Poste où il l'a trouvé "très satisfaisant" en Allemagne lorsqu'il avait remplacé Yann M'Vila à l'heure de jeu. Une manière de justifier la présence d'un joueur n'ayant été aligné qu'à 10 reprises en Premier League cette saison ?

Les probables : NASRI (Manchester City), RIBERY (Bayern Munich)
Les possibles BEN ARFA (Newcastle United), MALOUDA (Chelsea F.C.)
La grosse cote: N'ZOGBIA (Aston Villa)
En attente du 15 mai: Jérémy Menez (PSG), Mathieu Valbuena (Marseille), Yoann Gourcuff (Lyon), Marvin Martin (Sochaux)

SUIVEZ EN DIRECT LA REVELATION DE LA LISTE DE LAURENT BLANC A PARTIR DE 17h30 SUR EUROSPORT, EUROSPORT PLAYER et EUROSPORT.FR

Ben Arfa, le soliste parmi les solistes