Dans l'actualité récente

Benzema, loin du but

Voir le site Euro 2012 de football

Benzema: zéro but, et alors?
Par Maxime DUPUIS (Envoyé spécial à Donetsk)|Ecrit pour TF1|2012-06-25T19:16:51.000Z, mis à jour 2012-06-26T09:16:07.000Z

Il est venu. Il a vu. Il a déçu. Karim Benzema est passé à côté de son Championnat d'Europe des Nations. Son bilan est famélique : 0 but et deux passes décisives.

La dernière image que l'on aura eue de Karim Benzema sur un terrain ukrainien aura été celle de son agacement. Philippe Tournon, chef de presse de la délégation bleue, a bien tenté de l'emmener répondre aux télévisions à chaud. Le Madrilène, tête basse, a refusé. Et, avant de s'arrêter dans les travées de la Donbass Arena, a filé dans le vestiaire, frustré par l'élimination de l'équipe de France. Sans doute également de son Euro, qui s'annonçait sous les meilleurs auspices après une saison accomplie avec le Real Madrid. Quatre matches officiels plus tard, l'ancien joueur de l'Olympique Lyonnais est remonté dans l'avion le bec dans l'eau.

Trois cent quarante-six minutes de jeu, de Donetsk à Kiev. Zéro but et deux passes décisives face à l'Ukraine. Voilà pour le bilan. Il est évidemment insuffisant. Pierre angulaire de l'édifice bleu construit par Laurent Blanc ces deux dernières années, l'international français n'a pas plus répondu présent qu'en 2008. Il y a quatre ans, sa jeunesse était un argument au moment de justifier son zéro pointé. Le début de descente aux enfers de l'équipe de France n'avait pas non plus favorisé l'éclosion du nouveau Bleu. A 24 ans et 49 sélections, Karim Benzema n'a désormais plus ces excuses.

Benzema ne peut "pas tout faire tout seul"

Interrogé quant à sa prestation d'ensemble, samedi, le joueur du Real Madrid est resté laconique. Son Euro ? "Bien, même si je n'ai pas marqué de but." Difficile de suivre celui qui est censé être le finisseur de l'équipe de France, l'aboutissement des actions et non son point de départ comme ce fut constamment le cas lors du Championnat d'Europe. Sur le terrain, et on se limite évidemment aux limites de celui-ci, Karim Benzema a fait du Nicolas Anelka. Comme l'actuel joueur de Shanghai en 2010, le Madrilène est constamment redescendu pour aller chercher des ballons, tenter de combiner avec Franck Ribéry principalement mais n'a jamais été en position réelle de marquer.

Ses 19 tentatives en quatre rencontres sont un leurre puisque la majorité d'entre elles ont été déclenchées hors de la surface. Il n'y a qu'à voir le match de l'Espagne. Deux tirs, un coup franc et une frappe lointaine, symbole d'une forme d'impuissance. "Karim force trop. Il veut prendre le ballon, aller tout seul au but, frapper de n'importe où...", a analysé Raymond Domenech sur Ma Chaine Sport.

Quand d'autres ne sont pas sortis de l'Euro grandis quant leur comportement, Karim Benzema n'a montré aucun signe d'énervement, tout juste a-t-il regretté à plusieurs reprises que les ballons n'arrivaient pas dans la profondeur et qu'il ne pouvait "pas tout faire tout seul". Il a eu beau le répéter, cela n'a rien changé à l'affaire. Samir Nasri n'a pas joué plus vite vers l'ancien Lyonnais, qui a continué à jouer sa partition. C'est sans doute sur ce point que sa responsabilité est la plus engagée. En refusant d'aller peupler la surface de réparation, même sur des attaques placées où les Bleus manquaient cruellement de présence devant le but, Karim Benzema a manqué à sa mission première. "Tout le monde m'attend" disait-il avant l'Euro. C'était vrai. Mais dans la surface de réparation.