Blanc: "J'espère qu'on se réveillera plus tôt"

Voir le site Euro 2012 de football

Blanc : 'On est fin prêt'
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2012-06-14T14:21:21.000Z, mis à jour 2012-06-14T23:32:09.000Z

S'il affirme ne pas craindre l'Ukraine, Laurent Blanc attend de l'équipe de France qu'elle ne connaisse plus de retard à l'allumage.

Laurent Blanc, après le nul face à l'Angleterre (1-1), l'équipe de France sera-t-elle dos au mur vendredi, face à l'Ukraine ?

L. B. : Le match de demain, on va se préparer pour le gagner. Quel que soit le résultat du match, il faudra gagner le suivant. Le football est un éternel recommencement. Commencer par un nul, ce n'est pas le meilleur résultat. Mais on fait avec. Donc les deuxièmes et troisièmes matches sont forcément décisifs. Une équipe est en progrès constants. On a revu le match plusieurs fois : contre l'Angleterre, on a produit plus de jeu que l'Angleterre. Mais on s'est réveillé au bout de 25 minutes. J'espère que cette fois, on se réveillera plus tôt.

Qu'attendez-vous de vos joueurs ?

L.B. : Demain, je leur demanderai qu'ils se lâchent. On ne pourra pas rééditer nos trente premières minutes face à l'Angleterre. Sinon, on perdra le match. La différence, on devra la faire près du but adverse. Si personne ne prend d'initiative, tes attaquants se retrouvent à quarante mètres du but. Se lâcher, ça ne veut pas dire faire n'importe quoi. Ça veut dire dépasser sa fonction. Si chacun dépasse sa fonction, ton jeu collectif devient meilleur. Si tout le monde fait le petit geste, mais pas plus, face à deux lignes de quatre, ça ne suffit pas.

Redoutez-vous cette sélection ukrainienne, qui joue devant son public ?

L. B. : La pression était présente sur le premier match. Elle le sera encore plus sur le deuxième. La pression motive ou inhibe les joueurs. On saura demain. L'Ukraine a très bien débuté son Euro contre la Suède. On sait que cette équipe va vite et que devant, elle possède un joueur très malin. J'ai entendu que l'entraîneur ukrainien ne craignait pas la France. Qu'il se rassure, nous ne craignons pas l'Ukraine.

A quels changements faut-il s'attendre demain ?

L. B. : Vous le verrez demain. Quoi qu'il en soit, s'il y a des changements, ce sera dans une optique d'améliorer l'équipe. Ce ne sera pas une sanction par rapport au premier match. Il est possible que l'on débute avec la même équipe que contre l'Angleterre. Mais il est aussi possible que l'équipe soit différente.

Yann M'Vila est de nouveau opérationnel. Débutera-t-il la rencontre ?

L. B. : C'est une réflexion à mener. Ce soir, on aura tous les joueurs à disposition. C'est quelqu'un d'important dans notre système de jeu. Il a connu des blessures et vécu une saison très longue. Cette blessure lui a peut-être fait du bien. On va peser le pour et le contre.

Mais est-ce envisageable de le voir aligné aux côtés d'Alou Diarra ?

L. B. : M'Vila peut jouer un cran plus haut. Il le fait à Rennes. Si changements il y a, ils seront faits pour améliorer l'équipe.

Avec un peu de recul, la performance de Karim Benzema vous inquiète-t-elle ?

L.B. : Il n'a pas eu beaucoup d'espaces. Même en dézonant, il n'en avait pas. Il a été frustré de ce match-là. Il espère avoir plus d'espaces pour s'exprimer face à l'Ukraine. J'espère que ce sera le cas : il est en très grande forme. Encore faut-il qu'il ait des espaces pour s'exprimer.

A l'entraînement, on sent Olivier Giroud un peu désabusé...

L.B. : Je ne l'ai pas vu désœuvré à l'entraînement. Je ne l'ai pas senti déconcentré, démotivé. Il est mobilisé, même s'il n'a pas participé au premier match. Mais, j'ai un projet d'équipe. Pas un projet individuel.

L'associer à Benzema, ce n'est toujours pas dans vos plans ?

L.B. : Vous avez des opinions. Elles sont différentes des miennes. On travaille depuis longtemps dans un système de jeu. Je ne vous ai pas dit qu'ils ne pouvaient pas jouer ensemble. J'ai dit que c'était compliqué de les faire débuter ensemble. L'Allemagne a Gomez et Klose : il n'y en a qu'un qui joue. Idem pour la Pays-Bas avec van Persie et Huntelaar. Ce problème concerne toutes les sélections. Pas seulement l'équipe de France.