"Blanc n'est pas allé au bout de son histoire"

Voir le site Euro 2012 de football

'Blanc n'est pas allé au bout de son histoire'
Par Nicolas SBARRA (avec AFP)|Ecrit pour TF1|2012-06-30T23:48:28.000Z, mis à jour 2012-07-01T14:09:14.000Z

L'annonce du départ de l'équipe de France de Laurent Blanc a déçu bon nombre de techniciens tricolores, même s'ils ne sont pas vraiment surpris de cette décision. Ils sont aussi unanimes pour déplorer le mandat trop court du "Président".

Pressenti depuis plusieurs jours, le départ de Laurent Blanc de son poste de sélectionneur de l'équipe de France est désormais effectif. Les réactions d'acteurs du football français ne se sont pas fait attendre. Avec une certaine constante. C'est d'abord un sentiment de déception qui ressort. L'entraîneur montpelliérain René Girard trouve simplement cela "dommage". Récemment arrivé à Nice, Claude Puel "regrette cette décision" même s'il n'en connait pas "les raisons profondes". "C'est dommage que l'on ne capitalise pas sur cette expérience accumulée par Laurent Blanc, un novice à ce poste de sélectionneur, et son staff, avec une jeune équipe", ajoute-t-il.

Bixente Lizarazu, sur son compte Twitter, déplore lui que cela se soit joué sur "des détails. Tous les feux étaient au vert pour Blanc, il fallait juste qu'il avale une demie couleuvre concernant son staff, un détail ! Mieux vaut se couper un doigt que le bras et là, Laurent s'est coupé le bras", analyse son ancien compère chez les Bleus.

Girard : "Ça manquait de stabilité"

Pour autant, tous ou presque s'attendaient à cette décision. Pascal Baills, adjoint à Montpellier et ancien coéquipier du "Président" à La Paillade, n'est "pas vraiment surpris, il a ses raisons. Je ne le voyais pas continuer, mais c'est du ressenti, car je ne l'ai pas eu directement au téléphone". René Girard "aurait pu espérer qu'il continue mais je ne suis qu'à moitié surpris, ça manquait de stabilité. Il n'a pas dû obtenir les réponses qu'il attendait en vue de la Coupe du Monde". Pour Léon Luciani, vice-président d'Ajaccio, le Championnat d'Europe n'a pas amélioré la situation : "C'était un scénario prévisible. Les conditions de son renouvellement n'ont pas été traitées avant l'Euro. Les problèmes internes qui se sont déroulés pendant la compétition n'ont pas arrangé les choses. La position de la fédération a creusé le fossé avec lui avec notamment l'affaire Nasri".

Seul Alain Giresse, interrogé par France 24, montre un certain étonnement : "C'est surprenant parce qu'on avait l'impression que Laurent Blanc avait trouvé ses marques, qu'il avait pris la mesure de la reconstruction de cette équipe et qu'il pouvait continuer sa mission. Pour moi l'affaire était entendue que Laurent Blanc serait son digne successeur. Je pense que même la Fédération a été surprise et qu'elle n'était pas préparée".

Nicollin : "Pour le remplacer, je ne vois pas trop"

Ils déplorent en revanche à l'unanimité le mandat trop court du sélectionneur des Bleus. Un goût d'inachevé reste en travers de la gorge de Bixente Lizarazu : "Ce qui m'attriste c'est que, pour moi, Blanc n'est pas allé au bout de l'histoire avec l’équipe de France". René Girard estime que "la sélection, c'est du long terme. Là, il n'y était que depuis deux ans". Il est suivi par Pascal Baills et Claude Puel, qui préfèrent un "cycle de quatre ans, pas de deux où ça se passe dans la précipitation".

Le seul acteur du foot français qui s'est exprimé avec désinvolture est Louis Nicollin. Fidèle à lui-même, le président des champions de France a déclaré sur RTL n'en avoir "rien à foutre. Je ne suis pas ému, je regarde le Tour de France. Heureusement que je ne suis pas président de la Fédération. Je serais pas dans la merde. Pour le remplacer, je ne vois pas trop". Il propose alors un duo à la tête des Bleus. "Je ne comprends pas que l'on ne revienne pas à plusieurs sélectionneurs, comme dans l'ancien temps. Deux ou trois mecs qui décident. Avec un autre président, je prendrais Girard et l'autre entraineur de ce président et on ne ferait pas plus mal." Pas sûr que Noël Le Graët suive cette ligne directrice.