Blanc : "Ce sont les Suédois qui rentrent à la maison"

Voir le site Euro 2012 de football

Blanc : 'Ce sont les Suédois qui rentrent à la maison'
Par Avec M. D. (envoyé spécial à Kiev)|Ecrit pour TF1|2012-06-19T22:22:35.000Z, mis à jour 2012-06-20T13:13:19.000Z

Laurent Blanc retient la qualification et bascule sur France-Espagne après la déroute contre la Suède, due selon lui au facteur physique.

"Auriez-vous imaginé concéder autant d'occasions ?

L. B. : On s'attendait à un match difficile, on s'y était préparé mais on ne s'attendait pas à ce que la réalité soit aussi dure, non. On a été trop faible dans certaines domaines, notamment l'impact physique. La Suède a joué avec son coeur. Physiquement, elle était mieux préparée et avait un joueur qui a fait la différence (Ibrahimovic), ça faisait beaucoup. On est très déçu du résultat mais on a été en difficulté pendant pratiquement tout le match. Quand tu perds un match, c'est que tu n'as pas fait la bonne équipe. Donc, si c'était à recommencer, on ne referait pas la même équipe. Mais le match est terminé...

Avez-vous été déçu par la prestation de l'attaque française?

L. B. : Je ne pense pas que ce soit le secteur où on a le plus souffert. Là où on a été dominés, c'est dans les duels, dans les duels au sol et dans les duels aériens, dans cet impact... On n'est pas arrivé à les contrer et à être meilleurs que la Suède.

Comment l'expliquez-vous ?

L. B. : La fatigue a eu son mot à dire, mais il faisait chaud pour les deux équipes. On avait face à nous une équipe qui a joué pour son honneur. Elle aurait dû le faire dès le premier match, elle se serait peut-être qualifiée.

Après cette nette défaite, y a-t-il une chose qui vous rend optimiste pour le match contre l'Espagne?

L. B. : Optimiste, il faut toujours l'être. Bien sûr qu'on est déçu du résultat mais le principal, c'est qu'on est qualifié. Même si les Suédois ont fait un très bon match, ce sont eux qui rentrent à la maison. Il faut donc garder de l'optimisme. On ne s'est pas facilité la tâche parce que l'Espagne est une grosse équipe et on aura un jour de repos en moins. Il faudra un exploit pour battre l'Espagne et après un tel match, c'est difficile à imaginer. Mais on va lutter.

Êtes-vous agacé par le carton jaune reçu par Mexès, suspendu au prochain match?

L. B. : C'est toujours rageant de prendre un carton évitable car l'attaquant était à 75 ou 80 mètres de notre but. Ça agace car le joueur va être puni. Ça prouve qu'on n'était pas sereins en défense et au milieu. Il fait une faute évitable. C’est dommage pour lui, c‘est à l’image de l’équipe, elle a jamais été dans le bon tempo notamment au niveau de l’impact.

Qu'avez-vous pensé des prestations de Ben Arfa et de Mvila?

L. B. : Tout le monde a fait un match en-dessous, je ne m'attarderai pas sur les individualités. Vous savez que je n'aime pas trop ça.

Pensez-vous quand même que Benzema est agacé car il ne marque pas ?

L. B. : Benzema a besoin de marquer, comme tous les attaquants. Il a envie de marquer, il peut être frustré car il n'y arrive pas. Il tente beaucoup de choses. J'espère qu'il arrivera à débloquer son compteur en quart contre les Espagnols.

Giroud a indiqué que le ton était monté dans les vestiaires...

L. B. : Il va falloir retourner au calme. Ce sont des tensions palpables quand vous perdez un match. On ne s'attendait pas à ce genre de match et il y avait de la déception, ça fait partie de la vie des vestiaires.

Est-ce un avantage, pour cette jeune équipe, de ne pas être favori pour le quart de finale?

L. B. : C'est une note d'optimisme dans cette soirée, mais il faut être réaliste, on va rencontrer l'une des meilleures équipes de cet Euro et du monde. On avait un objectif, gagner pour terminer en tête du groupe. On n'en a pas été capable, il faudra faire avec. Il faudra faire un exploit pour poursuivre l'aventure.

Est-ce mieux de jouer contre une équipe joueuse?

L. B. : On peut se remonter le moral comme on veut mais l'Espagne ne te donne pas beaucoup de ballons. Tous les matches sont difficiles, l'Espagne a eu un match difficile contre la Croatie. On peut s'attendre à une équipe qui voudra avoir le ballon mais il faudra arriver à la contrer et lui poser des problèmes. La Croatie nous a montré ce qu'il faudra faire.