Bons baisers de Russie

Voir le site Euro 2012 de football

Bons baisers de Russie
Par Damien DORSO|Ecrit pour TF1|2012-06-08T23:08:51.000Z, mis à jour 2012-06-09T10:15:16.000Z

Pour leur entrée en lice face aux Tchèques (4-1), les Russes ont séduit et montré qu'il faudra compter sur eux. De là à devenir favoris... Dick Advocaat a su donner un style précis à son équipe et utiliser au mieux ses talents comme Arshavin ou Dzagoev, déjà auteur de deux buts.

Invaincue depuis février 2011 (1-0 en Iran), la Russie avance sûre de ses forces. Son sélectionneur Dick Advocaat avait surpris son monde en évoquant un éventuel sacre européen mais la nette victoire inaugurale devant les Tchèques (4-1) ne peut que le conforter dans son idée. Le technicien néerlandais de 64 ans connait en tout cas parfaitement les forces et les faiblesses de ses hommes et sait tirer le meilleur d'un groupe expérimenté et évoluant en très large majorité dans le championnat russe. Entre solidarité défensive et talent offensif, la Russie a déjà montré de sérieux arguments et enchaîné un quinzième match consécutif sans défaite. Et la voici d'un seul coup propulsée parmi les favoris. "C'est important de gagner le premier match, mais c'est à la fin qu'on lève le trophée, pas maintenant", s'empresse cependant de tempérer Advocaat après cette victoire convaincante.

En confiance après sa nette victoire sur l'Italie en match de préparation (3-0) et annoncée comme favorite du groupe A, la Russie s'est pourtant fait un peu peur en début de match face à une République tchèque dominatrice au milieu. "Nous n'étions pas vraiment dans le match, pas vraiment en confiance", avoue le Néerlandais. Un petit quart d'heure de jeu et un contre redoutablement mené par Dzagoev ont toutefois vite mis les partenaires d'Andrei Arshavin sur de bons rails. "Nous avons bien commencé le match, nous avions la possession de balle, mais nous n'avons pas conclu nos occasions. Puis, nous avons perdu la balle et ils ont vite fait le break", regrettait le sélectionneur tchèque Michal Bilek à l'issue de la rencontre. Parfaitement solidaires dans leur camp, les Russes ont en effet su faire le dos rond en début de partie pour protéger leur gardien Malafeev, préféré à l'habituel titulaire Akinfeev, en délicatesse avec son genou gauche.

"C'est une des six étapes vers la finale"

Après l'ouverture du score signée Dzagoev (15e), les Russes n'ont pas changé de tactique et ont conservé un bloc bien en place devant leur surface et un jeu direct. Tous concentrés sur leur tâche défensive à l'image d'un Arshavin ne ménageant pas ses efforts de repli, ils ont su cerner Baros et étouffer l'attaque tchèque en multipliant les interceptions (26 contre 8). Rassurés en défense, se projetant très vite vers l'avant et attaquant très souvent à cinq, ils ont dès lors pu faire souffrir l'arrière-garde adverse sur quasiment chacune de leurs offensives. "Leurs combinaisons nous ont posé beaucoup de problèmes, avec leur jeu à une touche, on n'arrivait pas à avoir le ballon", n'a pu que constater Bilek. A l'aise dans leur 4-3-3 et surtout ultra-précis dans leurs petites passes en profondeur toujours au sol, les demi-finalistes de l'Euro 2008 (défaite 0-3 devant l'Espagne) ont fait vivre un cauchemar à Petr Cech (17 tirs dont 14 dans la surface).

Si le milieu de terrain Shirokov a doublé la mise d'un petit piqué plein de lucidité (24e), l'attaquant Kerzhakhov, son coéquipier du Zénith St-Petersbourg a, lui, beaucoup gâché (34e, 64e, 68e, 70e). Sept tirs au total. Tous à côté. "Nous aurions pu marquer d'autres buts. Nous aurions dû être plus précis.", relève Advocaat qui souligne que son équipe "peut toujours faire mieux, mais nous avons montré que nous savions le faire aussi contre l'Italie". Le sélectionneur a peut-être tardé à remplacer Kerzhakhov, visiblement épuisé, par Pavlyuchenko (73e). Avec une ouverture parfaite pour Dzagoev qui ne s'est pas posé de question face à Cech (79e) puis une série de dribbles suivie d'une frappe limpide (81e), l'ancien joueur de Tottenham a joliment signé son entrée, devenant le meilleur buteur russe dans l'histoire de l'Euro avec 4 réalisations. A 21 ans, Dzagoev est quant à lui le deuxième joueur le plus jeune à réaliser un doublé dans la compétition après Wayne Rooney (18 ans, en 2004). Séduisante, la Russie a pris les commandes du groupe A. Mais "c'est une des six étapes vers la finale", rappelle Dzagoev. Les Russe devront confirmer lors de leur prochain match face à l'hôte polonais. Et ils sont désormais attendus au tournant.

Bons baisers de Russie