Buffon : "La mentalité italienne est unique"

Voir le site Euro 2012 de football

Buffon : 'La mentalité italienne est unique'
Par Propos recueillis par Maxime DUPUIS, à Kiev|Ecrit pour TF1|2012-06-30T16:27:19.000Z, mis à jour 2012-07-01T09:02:24.000Z

Finaliste de l'Euro, l'Italie a su traverser les remous du scandale qui a touché le football transalpin grâce à une "mentalité unique" selon Gianluigi Buffon.

Six ans après avoir gagné la Coupe du monde, vous vous retrouvez à une marche d'un titre européen. Quels points communs y a-t-il entre ces deux finales ?

GIANLUIGI BUFFON : Déjà, il y a de l'émotion. Il y a cette même confiance. C'est presque pareil. Maintenant, on va voir ce qui va se passer sur le terrain. Mais il est vrai que lorsqu'on réalise un tel voyage et que l'on va loin dans une compétition, il existe des analogies.

Cette équipe d'Espagne est impressionnante. Si vous deviez ressortir un joueur du lot, qui choisiriez-vous ?

G.B. : Il y a tellement de bons joueurs dans cette équipe. Le gardien, la défense, les milieux de terrain et l'attaque... Mais si j'avais une préférence et que je citais un joueur, je manquerais de respect envers les autres. Leur domination sur le football est fantastique ces dernières années. Je veux les féliciter.

Iker Casillas est un gardien que vous appréciez ?

G.B. : C'est un gardien exceptionnel. J'ai beaucoup de respect pour Iker Casillas. Je suis très content de l'affronter.

Donnez-nous une raison de croire que l'Italie peut gagner dimanche face à l'Espagne...

G.B. : Le sport est parfois juste. Parfois injuste. Il faut toujours faire attention à ce que l'on dit. La meilleure équipe et le meilleur football doivent gagner demain. Ils ont plus de chances de gagner puisqu'ils travaillent ensemble depuis quatre ans. L'Italie est plus une surprise dans ce tournoi.

Pour en arriver là, l'Italie a changé sa manière de jouer. Comment expliquez-vous cette remise en cause ?

G.B. : L'Italie a été sacrée championne du monde à quatre reprises mais il faut rester humble et savoir changer son jeu quand il faut. L’entraîneur a donné les instructions et le chemin pour évoluer.

En quoi le scandale qui a touché l'Italie avant l'Euro vous a-t-il motivé ?

G.B. : La mentalité italienne est unique. On essaye d'aller au-delà des rumeurs. Les Italiens ont beaucoup de respect pour le maillot national. Aujourd'hui, on a l'opportunité de montrer combien notre pays est grand et on est tous sur la même ligne.

En 2010, vous aviez eu la pression au moment de défendre votre titre mondial. Pensez-vous que les Espagnols pourraient être sous pression dimanche ?

G.B. : Je pense que je serais heureux et peut-être très sûr de moi si j'avais gagné la dernière Coupe du monde et le dernier Euro. Cela reste un avantage pour eux.

Cette finale, vous la devez à votre équipe et Mario Balotelli, auteur d'un doublé en demi-finale. Parlez-nous de lui...

G.B. : Mario a fait un très bon tournoi jusqu'ici. Avant tout, il possède un grand talent et c'est un point de départ important. C'est une star sur le terrain, en dehors et Cesare Prandelli a su en tirer le meilleur. Il mérite beaucoup de crédit pour cela. Mais n'oublions pas le reste de l'équipe.