Dans l'actualité récente

Buffon, Pirlo et Klose rafraîchissent l'Euro

Voir le site Euro 2012 de football

Au rendez-vous des anciens
Par Vincent BREGEVIN|Ecrit pour TF1|2012-06-25T12:10:25.000Z, mis à jour 2012-06-25T21:54:58.000Z

Gianluigi Buffon, Andrea Pirlo et Miroslav Klose ont la trentaine bien passée, mais ils figurent logiquement dans notre équipe-type des quarts de finale de l'Euro 2012.

GIANLUIGI BUFFON

A 34 ans, Gianluigi Buffon est toujours l'un des meilleurs gardiens au monde, peut-être même le plus performant. Le portier de la Juventus l'a confirmé lors de la victoire de l'Italie sur l'Angleterre (0-0, 4-2 t.a.b.). Décisif tout au long du match, Buffon est devenu le héros de la rencontre en sortant le tir au but d'Ashley Cole, après avoir vu celui d'Ashley Young percuter sa barre. Sur la route des Italiens en demi-finale, les Allemands vont devoir faire fort pour franchir le dernier rempart transalpin.

GLEN JOHNSON

L'arrière droit de Liverpool n'est pas réputé comme le plus fiable sur le plan défensif. En plus d'avoir été irréprochable dans ce secteur face à l'Italie, il a aussi été l'une des principales menaces offensives de l'Angleterre, apportant systématiquement le surnombre sur son côté droit, notamment en début de match, et délivrant des centres très précis à destination de ses attaquants. Un match plein pour le défenseur des Reds qui a quitté la compétition la tête haute.

JOHN TERRY

Un mur. Face à l'Italie, John Terry s'est sacrifié durant 120 minutes pour permettre à la défense anglaise de ne pas céder sous la pression italienne. Auteur d'un retour décisif sur Mario Balotelli en première période, le joueur de Chelsea a contré un nombre incalculable de tirs. Sa présence à l'Euro a parfois suscité la controverse en raison des problèmes extra-sportifs de Terry. Il aura en tout cas réussi sa sortie.

PEPE

Le Portugais confirme match après match qu'il est l'un des meilleurs défenseurs centraux de l'Euro 2012. Déjà présent dans l'équipe-type du premier tour, Pepe a encore réalisé une performance de premier choix lors de la victoire devant la République tchèque (1-0). Sobre, intraitable dans les duels, le Madrilène a tenu la baraque derrière avec son coéquipier Bruno Alves. A tel point que les Tchèques n'ont pas cadré le moindre tir au cours de la rencontre.

PHILIPP LAHM

Il y a match avec l'Espagnol Jordi Alba, excellent face à la France. Le capitaine allemand a été retenu parce qu'il a inscrit ce but si important, d'une frappe à l'entrée de la surface, qui a permis à son équipe de forcer le verrou grec pour la première fois. Une juste récompense compte tenu des efforts consentis par le joueur du Bayern pour apporter le surnombre en phase offensive. Sur le plan défensif en revanche, sa responsabilité est engagée sur l'égalisation grecque.

MARCO REUS

Première titularisation de l'Euro et premier coup d'éclat pour le futur joueur du Borussia Dortmund. Aligné sur la droite de l'attaque allemande, Reus a illuminé le jeu de son équipe par la simplicité de son jeu et sa qualité de passe, avant d'inscrire le dernier but de son équipe d'une volée pleine de spontanéité. Révélation de la saison avec le Borussia Möchengladbach, le jeune milieu offensif de la Mannschäft a éclaboussé la partie de son talent. Et son entente avec Mesut Özil a été excellente.

XABI ALONSO

Le milieu de terrain du Real Madrid s'était fait plutôt discret depuis le début du tournoi. Contre la France, il a signé un doublé pour ponctuer un match plein. Xabi Alonso a retrouvé cette faculté à aérer le jeu de l'Espagne par la qualité de son jeu long. Il a surtout débloqué la situation pour la Roja en ouvrant la marque de la tête sur un centre de Jordi Alba, avant de corser l'addition en fin de match sur un penalty provoqué par Pedro.

ANDREA PIRLO

Confronté à une équipe anglaise très repliée et sans volonté de presser, Andrea Pirlo a pu jouer à son tempo. Et il l'a fait avec brio. Du haut de ses 33 ans, le maestro de la Juventus a régalé ses coéquipiers par des passes aussi variées que précises, avant de s'offrir une panenka de génie lors de la séance des tirs au but. Il est le leader technique qui peut permettre à l'Italie de viser le titre, et sa performance face à l'Angleterre a confirmé cette tendance. Les Allemands sont prévenus.

CRISTIANO RONALDO

CR7 a confirmé sa montée en puissance dans cet Euro. Décisif face aux Pays-Bas dans un duel décisif pour la qualification, Cristiano Ronaldo l'a encore été en inscrivant le but de la victoire face aux Tchèques (1-0) en quart de finale. L'attaquant madrilène a fini par être récompensé de ses nombreuses initiatives, marquant sur son huitième tir du match après avoir touché deux fois les montants. Son coéquipier Alvaro Arbeloa, qui devra le marquer en demi-finale, peut déjà trembler.

DIMITRIS SALPINGIDIS

La Grèce n'aurait peut-être pas atteint les quarts de finale de l'Euro 2012 sans Dimitris Salpingidis. Elle ne serait pas non plus sortie la tête haute sans son attaquant face à l'Allemagne. Auteur du débordement et de la passe décisive sur l'égalisation de Georgios Samaras, le joueur du PAOK Salonique a rendu la défaite des siens un peu moins sévère en convertissant un penalty en fin de match. Histoire de ponctuer sur une bonne note un Euro abouti.

MIROSLAV KLOSE

Préféré à Mario Gomez face à la Grèce, Miroslav Klose a justifié le choix de son sélectionneur Joachim Löw. L'attaquant de la Lazio a pesé sur la défense adverse par ses nombreux appels, créant de nombreux décalages avant de marquer le troisième but allemand sur un service de Mesut Özil. Sa 64e réalisation en sélection, et sa 17e en 31 matches dans des tournois majeurs. Klose, 34 ans, est décidément inoxydable.

Au rendez-vous des anciens