"Si c'est la plus grosse affaire de l'Euro..."

Voir le site Euro 2012 de football

'Si c'est la plus grosse affaire de l'Euro...'
Par notre envoyé spécial à Donetsk, Maxime DUPUIS|Ecrit pour TF1|2012-06-13T08:56:42.000Z, mis à jour 2012-06-13T22:31:47.000Z

Noël Le Graët a tenu à dégonfler "l'affaire Nasri", mercredi. Le président de la FFF juge la réaction du joueur "inadaptée" mais n'en fait pas une histoire.

Sa venue était prévue de longue date. Pour parler d'autre chose. Mais le sujet Nasri s'est imposé de lui-même. Trente-six heures après France - Angleterre (1-1) et le désormais célèbre geste de Samir Nasri, Noël Le Graët est venu clôturer le débat. Avec sérénité. "J'ai eu l'impression que ça prenait des proportions inadaptées par rapport à l’évènement. Samir a fait un très bon match. Peut-être avait-il un peu de rancœur", a jugé le président de la FFF qui, tout en défendant le milieu de terrain de l'équipe de France, n'a cependant pas oublié de rappeler que sa réaction était "inadaptée".

Il ne sera pas sanctionné

A-t-il songé à le sanctionner ? "Jamais. Dans la tribune, je ne m'en suis pas rendu compte. Je connais son attachement à l'équipe. Il a tellement envie de bien faire. Il a fait un grand match et a marqué. Après, on peut regretter (son geste) mais j'aime bien ce joueur. Il a du talent." A défaut de punir Samir Nasri pour son geste, ses insultes et son comportement quelque peu cavalier en zone mixte, le président lui a tout de même parlé. Pour lui dire quoi ? "Je l'ai félicité car il avait envie de bien faire. Il avait peut-être un petit blocage. L'incident ne mérite pas davantage."

Surtout, Noël Le Graët, qui a demandé à ce que ce Championnat d'Europe soit un succès sportif autant qu'une réussite en termes d'image, ne veut pas que ce petit accroc vienne gâcher les efforts accomplis. "Il faut prendre les choses dans leur ensemble. Nous sommes réunis depuis trois semaines. Jusqu'à aujourd'hui, cette équipe a eu une super note, si l'on doit la juger. Nasri a fait un grand match et c'est pour moi le plus important. Il avait une rancœur que personne ne pouvait le soupçonner. Cela prouve qu'il est proche de l'équipe de France et avait envie de bien faire. Il a une très bonne éducation. Si c'est la plus grosse affaire de l'Euro, j'en serai ravi." Point final.