Casillas-Buffon, il n'en restera qu'un

Voir le site Euro 2012 de football

Casillas-Buffon, il n'en restera qu'un
Par Notre envoyé spécial à Donetsk, Maxime DUPUIS|Ecrit pour TF1|2012-06-29T16:20:38.000Z, mis à jour 2012-07-01T14:26:47.000Z

Du haut de ces deux portiers, 255 sélections vous contemplent. Dimanche, Iker Casillas et Gigi Buffon vont se livrer un duel qui promet.

Dimanche, un gardien de but soulèvera la coupe Henri-Delaunay. Capitaines de leur sélection respective, Iker Casillas et Gianluigi Buffon sont au moins sûrs de ça. Pour connaitre l'identité de l'heureux élu, il faudra patienter quatre-vingt-dix minutes ou plus. Si l'on était à l'Ecole des fans, on serait tenté de récompenser les deux, de les gratifier d'un 10/10 et de renvoyer tout ce petit monde à la maison avec le sourire. Buffon comme Casillas méritent ce titre. Autant pour leur Championnat d'Europe que pour leur immense carrière, qui tend à s'étirer indéfiniment. L'un, Casillas, compte 136 sélections à 31 ans. L'autre, Buffon, a déjà revêtu le maillot de la Squadra Azzurra 119 fois à 34 ans révolus. Dimanche, ils se livreront un duel à distance dont on peut attendre et espérer qu'il soit monumental.

Depuis le début du Championnat d'Europe, les deux hommes évoluent à un niveau de performance très élevé. Si Iker Casillas collectionne les "clean sheets" comme d'autres enfilent des perles et n'a plus pris le moindre but en match à élimination directe depuis 2006 (ndlr : neuf rencontres de suite), Gigi Buffon s'est montré décisif à plusieurs reprises. Demandez donc à Glen Johnson (Angleterre) ce qu'il en pense ou aux attaquants allemands, qui se sont heurtés jeudi à un mur au regard d'acier. Mis à part Joe Hart (Angleterre), qui a stoppé 88% des tirs qui lui ont été adressés, personne ne s'est élevé au niveau des performances de Buffon (85,7%) et, surtout, d'Iker Casillas (91,7%) dont la ligne de but parait infranchissable.

Casillas, acte 29

Dimanche, comme une bonne partie de l'Europe et de la planète, Manuel Neuer, sans doute le seul gardien pouvant rivaliser, suivra de loin le duel à distance que se livreront les deux champions du monde. Cela ne sera pas le premier. Peut-être pas le dernier. En 2008 déjà, les deux hommes s'étaient retrouvés face-à-face lors d'un match au couteau. A Vienne, en quart de finale de l'Euro, ils avaient partagé une séance de tirs au but. Casillas, qui reconnait souffrir "mentalement" durant cet exercice, avait sorti deux ballons. Buffon, un. L'Italien, champion du monde en titre, était rentré à la maison. L'Espagne commençait alors la fantastique moisson qu'elle tentera de poursuivre dimanche à Kiev, où Casillas disputera son 29e match en phase finale (Coupe du monde et Euro réunis). Un record pour un gardien. Gigi Buffon, quatrième dans la hiérarchie, reviendra à une longueur de Fabien Barthez (26 matches) et deux d'Edwin van der Sar (27).

Cette longévité partagée découle d'un talent évident, d'un professionnalisme à toute épreuve et récompense la fidélité des deux hommes. Iker Casillas a passé sa vie au Real Madrid. Gigi Buffon est à la Juventus Turin depuis 2001. Quand la Vecchia Signora a été rétrogradée en 2006, année de son titre mondial avec l'Italie, le gardien de but est resté dans le Piémont et, six ans plus tard, est gratifié d'un nouveau Scudetto. Quand on y regarde de plus près, les deux portiers, qui avaient fêté leur 100e sélection le même jour, symbolisent à merveille leur équipe nationale. La sérénité et le calme olympien d'Iker Casillas déteignent sur la Roja tandis que les Azzurri ressemblent au phénix Buffon. Comme le portier, privé d'Euro 2000 pour une blessure à la main, touché au dos pendant la Coupe du monde 2010 puis durant la saison suivante, l'Italie se relève de tout. Cet Euro en est une nouvelle preuve. Casillas et la Roja savent à quoi s'en tenir. La réciproque est, évidemment, valable.

Casillas-Buffon, il n'en restera qu'un