Casillas, ça fait une éternité

Voir le site Euro 2012 de football

Casillas, ça fait une éternité
Par Maxime DUPUIS (Envoyé spécial à Donetsk)|Ecrit pour TF1|2012-06-26T18:36:44.000Z, mis à jour 2012-06-27T13:23:33.000Z

Depuis 2006, Iker Casillas n'a plus encaissé le moindre but en match à élimination directe. Au Portugal de tenter sa chance.

Qui est le dernier joueur à avoir battu Iker Casillas lors d'un match à élimination directe de Championnat d'Europe ou de Coupe du monde ? Vous avez vingt secondes. Tic, tac, tic, tac... Vous ne trouvez pas ? C'est normal. Cela remonte à six ans. Et l'heureux élu se nomme Zinédine Zidane. Le Ballon d'Or 1998 avait marqué le troisième but des Bleus face aux Espagnols en huitième de finale de Coupe du monde 2006. Depuis cette soirée, Iker Casillas n'est plus allé chercher un ballon au fond de ses filets quand la survie de la patrie était en jeu.

De Vienne à Johannesburg, en passant par Donetsk, le portier du Real Madrid a vécu quelques soirées tranquilles, comme samedi dernier face aux Bleus, et connu quelques chaleurs également, face au Paraguay en 2010, match durant lequel il avait dû sortir un penalty de Cardozo. Et l'on ne parle pas de la finale face aux Pays-Bas et des deux balles de titre mondial d'Arjen Robben. San Iker avait une nouvelle fois pris le dessus sur l'imprudent qui avait osé le défier. Si l'on fait les comptes, Iker Casillas en est à huit matches de suite à élimination directe - et deux prolongations incluses - sans but encaissé, soit 780 minutes. Époustouflant.

Un double exploit

Depuis le début de l'Euro, Iker Casillas a pris un but, signé Antonio Di Natale (Italie). C'était lors du premier match. Depuis, celui qui fêtera mercredi sa 136e sélection est reparti sur des bases très élevées. Douze frappes subies, onze arrêts et le meilleur ratio tirs cadrés / tirs arrêtés de la compétition (91,7%). Ce n'est pas plus mal alors que la menace Cristiano Ronaldo approche à grands pas. La gâchette du Real Madrid, 3 buts depuis le début de l'Euro, sera évidemment le Portugais le plus menaçant, mercredi. Son but, en marquer au moins un face à son coéquipier de club.

Battre Casillas aurait valeur de double exploit. Pour les raisons décrites plus tôt. Et parce que dans l'histoire de l'Euro, seuls Paul Gascoigne, en 1996, et Samir Nasri, en 2012, ont marqué contre leur portier de club (Andy Goram et Joe Hart). Ça fait au moins deux raisons de croire que l'Espagne et son gardien partent avec un avantage certain. La troisième se trouve juste devant San Iker et joue au FC Barcelone. "Contre Ronaldo, Piqué s'en est toujours bien sorti, avec le FC Barcelone comme avec la sélection espagnole", juge le capitaine de la Roja qui n'oublie jamais les copains. Ces derniers le lui rendent bien. "Contre Ronaldo, nous n'avons rien prévu de spécial, assure Alvaro Negredo. Il faudra juste éviter de faire des fautes et des gestes stupides. Et puis, nous avons le meilleur gardien du monde." Argument imparable. Et qui a déjà fait ses preuves.