Cech, lui aussi, revient de loin

Voir le site Euro 2012 de football

Cech, lui aussi, revient de loin
Par Victor SAUVAGE (avec V.B.)|Ecrit pour TF1|2012-06-16T22:41:35.000Z, mis à jour 2012-06-17T17:41:49.000Z

A l'instar de son équipe, Petr Cech, décisif face à la Pologne (1-0), a su se remettre d'un départ raté pour contribuer à la qualification des Tchèques pour les quarts de finale de l'Euro 2012.

Il était écrit quelque part que le destin de la République tchèque à l'Euro serait étroitement lié à celui de son gardien star, Petr Cech. Le portier de Chelsea, héros de la victoire acquise aux tirs au but face au Bayern Munich en Ligue des champions, devait être avec Thomas Rosicky l'un des hommes forts de la sélection de Michal Bilek. A l'instar de son équipe, il a tardé à rentrer dans son tournoi. Mais c'était pour mieux rebondir.

Lors du match d'ouverture face à la Russie (1-4), le portier n'a pas été particulièrement serein - ni aidé par ses équipiers - et a été contraint d'aller chercher le ballon dans ses filets à quatre reprises. Pas mis en confiance après ses débuts catastrophiques, le géant a fait preuve d'une fébrilité étonnante ensuite face à la Grèce (2-1). Alors que ses coéquipiers s'étaient bien placés, en marquant par deux fois, Cech a offert la réduction du score à Gekas. Sur un centre anodin, l'homme au casque a eu les mains savonneuses, donnant un caviar au buteur de Samsunspor, qui n'en demandait pas tant. Cette mésaventure a d'ailleurs dû lui rappeler un souvenir cuisant de l'Euro 2008, lorsqu'une faute de main face aux Turcs, avait provoqué l'élimination de son pays.

"J'avais dit que le premier match ne serait pas décisif"

Heureusement pour lui, le natif de Plzen s'est parfaitement rattrapé samedi soir, face à la Pologne (1-0). Sous le feu nourris des tirs adverses, dans les vingt premières minutes, il a tenu comme un mur. Après avoir maîtrisé l'orage à lui tout seul, grâce à une dose de chance, l'ancien du Stade Rennais n'a plus été sollicité jusqu'à la 94e. Dans un dernier élan, Blaszczykowski se présentait seul face à lui. Alors que ce dernier avait délivré son pays face à la Russie, il ne pouvait rien faire pour tromper un Cech aux anges après la qualification. "Comme je l'avais dit, le premier match n'a pas été décisif. On termine avec six points, plus que toutes les autres équipes", a souligné le dernier rempart de la République tchèque.

Cech symbolise un peu le paradoxe de cette sélection, très mal partie avant de se qualifier, et qui restera la première dans l'histoire de l'Euro à terminer en tête de son groupe avec une différence buts négative en phase finale (-1). Un phénomène qui n'est pas si éloigné de celui qu'il a connu en club cette saison. En difficulté jusqu'au printemps, Chelsea a su rebondir pour remporter la FA Cup et la Ligue des Champions. Et son gardien, resté lui aussi discret durant une bonne partie de la saison, a su hausser son niveau dans la dernière ligne droite. La République tchèque en quart de finale, reste désormais à savoir où s'arrêtera la sélection de Michal Bilek. Avec un gardien pareil, habitué cette saison à partir doucement pour finir très fort, les rêves les plus fous lui sont désormais permis.