La Croatie, l'air de rien...

Voir le site Euro 2012 de football

La Croatie, l'air de rien...
Par Martin MOSNIER|Ecrit pour TF1|2012-06-10T20:22:42.000Z, mis à jour 2012-06-10T23:07:10.000Z

Outsider du groupe C, la Croatie a dominé l'Eire (3-1) à Poznan. Après le nul entre l'Espagne et l'Italie, les hommes de Bilic sont en tête.

Visiblement, ces deux-là ne veulent pas se contenter du rôle de faire-valoir auquel ils semblent destinés. L'Eire et la Croatie ont offert une rencontre enlevée et séduisante. Et si les hommes de Bilic l'ont emporté finalement assez logiquement (3-1), leurs adversaires n'ont pas été en reste. L'Espagne et l'Italie sont prévenues. Très bien rôdés collectivement, bien aidés par un avant-centre en tat de grâce, Mario Mandzukic, auteur d'un doublé, les Croates auront forcément leur mot à dire dans ce groupe C. Ils en sont les leaders à l'issue de la première journée suite au match nul entre les deux poids lourds du groupe (1-1).

Comme il y a quatre ans, ils ont proposé un jeu vif et incisif, se posant en candidats sérieux aux quarts de finale. Et ils n'ont jamais perdu contre l'Italie, qu'ils affrontent le 14 juin dans ce même Stade Municipal de Poznan. Dominateurs dans la possession (56%), dans les intentions (15 tirs contre 9) et dans la circulation du ballon (428 passes contre 339), les Croates ont ouvert le score rapidement sur une première inspiration de Mandzukic (3e).

La Croatie a repris l'avantage grâce à Jelavic sur un but litigieux. Si l'attaquant d'Everton était hors-jeu sur la passe en profondeur de Luka Modric, la mauvaise déviation de Stephen Ward, vers Jelavic, l'a remis en jeu. Giovanni Trapattoni et les Irlandais ont protesté. En vain. Mais l'Eire, incapable de faire le jeu, a surtout touché ses limites techniques. Elle a dû s’en remettre aux coups de pieds arrêtés pour faire planer le danger sur le but de Pletikosa.

Les Croates étaient les plus forts, mais les Irlandais n'ont guère été aidés par l'arbitre néerlandais Björn Kuipers: un penalty aurait pu être sifflé pour un croc-en-jambe de Gordon Schildenfeld sur Robbie Keane dans la surface (62e). Ils ont aussi été malchanceux, car après la main de Thierry Henry, la tête de Given est le nouveau symbole des tourments irlandais. Le gardien a renvoyé dans son but une tête de Mandzukic qui avait heurté le poteau sur le dernier but croate (48e). Un coup du sort qui a définitivement scellé les espoirs de l'Eire.