Dans l'actualité récente

Docteur Mario, mister Balotelli

Voir le site Euro 2012 de football

Docteur Mario, mister Balotelli
Par Martin MOSNIER|Ecrit pour TF1|2012-06-23T23:28:41.000Z, mis à jour 2012-06-24T18:33:24.000Z

Le début d'Euro de Mario Balotelli est un condensé de son début de carrière : entre gâchis et génie. Qu'en sera-t-il face aux Anglais ?

Il l'avait promis aux médias, à son sélectionneur, à son coach à City : cet Euro mettrait tout le monde d'accord sur son cas. Profil bas durant le stage de préparation, pas de polémique à l'horizon : Balotelli s'était assagi pour faire de sa première campagne européenne une réussite totale. Et pourtant, la phase de poules fut un condensé du début de carrière en forme de montagnes russes de Super Mario. Beaucoup de gâchis et des fulgurances. Des polémiques, des critiques et des éloges.

Son Euro débute par un non match face à l'Espagne (1-1). En seconde période, il se présente seul face à Casillas, trottine, tergiverse et se fait reprendre par Ramos qui accusait un retard de dix mètres au début de l'action. Face à l'Eire (2-0), il renaît et sa reprise de volée dos au but scelle le destin de la Nazionale et l'envoie en quart. Un but qui le délivre de sa frustration et qu'il ponctue d'un "Fils de p…" que la main de Bonucci arrive à étouffer à temps. Les montagnes russes toujours.

Motta : "Il m'énerve"

Docteur Mario, mister Balotelli

"Ce qu'il a dit (quand il marqué), il l'a dit en anglais et je n'ai pas compris", a indiqué le Leonardo Bonucci en évoquant la réaction de son tempétueux coéquipier. "Donc j'ai mis ma main devant sa bouche au cas où, parce que Mario est instinctif, mais c'est aussi ce qui fait sa force. Malheureusement, parfois il fait des choses stupides. Il reste quand même un bon gars." Certes, mais le fantasque Italien commence sérieusement à agacer ses coéquipiers qui ne se cachent pas pour le recadrer en public : "Les occasions passent et ne reviennent pas éternellement", avait lâché Marchisio après l'Espagne.

"Il n’a pas changé depuis l’époque où nous jouions à l’Inter, il m’énerve et je ne suis pas le seul dans ce cas. Il doit prendre ses responsabilités et se rappeler qu’il défend les couleurs de l’équipe d’Italie ", soufflait Thiago Motta avant l'entrée en lice de l'Italie. Même Prandelli, qui l'a toujours protégé, n'a pas hésité à le remettre en place : "Il doit accepter la critique et le banc s'il veut devenir un champion. Le jour où il comprendra que personne ne lui veut du mal, il progressera."

"Les génies sont incompris"

Le problème, c'est que la remise en cause n'est pas à l'ordre du jour. "Quand quelqu'un dit que je suis stupide, je lui ris en face. Je pense être plus intelligent que la moyenne", déclarait Balotelli dans les colonnes de France Football au début du mois. "Il est dit que les génies sont incompris. Ainsi, peut-être le génie est si différent que les gens ne le comprennent pas." Ainsi va Balotelli : vénéré par les uns, conspué par les autres mais toujours sûr de son fait.

Docteur Mario, mister Balotelli

Dimanche, il retrouvera l'Angleterre qui, elle aussi, l'adore, le déteste et adore le détester. "Pour qui se prend-il ?", s'est demandé à plusieurs reprises le Daily Star cette saison à propos de celui qui reste le joueur le plus cité sur Twitter depuis le début de l'Euro… Mais l'Angleterre s'en méfie comme de la peste car le bougre a du talent plein les pattes lorsqu'il daigne l'étaler aux yeux de tous. Entre le 21 septembre et le 22 novembre 2011, Balotelli avait inscrit neuf buts en dix rencontres et replacé City dans la course au titre.

"Il ya deux Mario. Celui qui se présente parfois à l’entraînement un peu froid et pas trop intéressé. L’autre, c’est quand il veut vraiment et il est alors un talent spécial ", se méfie Milner. "Ce sera une tâche difficile. Je connais les qualités qu'il possède", poursuit Lescott, son coéquipier à Manchester. L'Italie craint que les Anglais provoquent celui qui peut exploser à tout moment. De Rossi l'a prévenu en conférence de presse : "Je ne suis pas là pour lui dire : Attention, ne réagis pas. Nous sommes tous des joueurs de haut niveau, chacun doit prendre ses responsabilités." Mais Balotelli en est-il seulement capable ?