Domenech "désespéré jusqu'à la colère"

Voir le site Euro 2012 de football

Domenech 'désespéré jusqu'à la colère'
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2012-06-21T23:33:49.000Z, mis à jour 2012-06-22T09:15:21.000Z

L'ancien sélectionneur avoue ne pas comprendre comment les Bleus ont pu être si peu collectifs contre la Suède.

Quand il était en poste, Raymond Domenech défendait toujours ses joueurs, envers et contre tout, quel que soit le contexte. Redevenu spectateur de la cause bleue, il est désormais sujet aux mêmes interrogations, voire révoltes, que celle qui lui revenaient aux oreilles entre 2004 et 2010, quand il peut observer une démission collective aussi marquante que celle du match face à la Suède (2-0).

"Est-ce une équipe consciente de ce qu’elle représente ou un assemblage d’individualités ? Ce sont les absences d’investissement collectif des joueurs qui me désespèrent jusqu’à la colère, écrivait-il ce jeudi dans sa chronique sur Ouest-France. Je regardais Laurent debout devant son banc. Il devait s’interroger sur ce qui se passait. Le savait-il ? Probablement pas. Moi non plus." Avant France - Espagne, Domenech avoue sa perplexité : "Quel que soit l’adversaire, la haute compétition exige humilité et engagement. Or, ces matches ne nous ont pas apporté d’informations sur les capacités réelles de ce groupe."

L'ex-sélectionneur se saisit des moments agités de ces derniers jours pour nourrir sa petite querelle avec les médias qui, il le sait, ne l'auraient pas épargné en pareille circonstance. "Tous les psychologues et les pseudo-sachants peuvent plancher sur le sujet. Ils ne donneront qu’un avis et ne dénoueront pas les ressorts qui motivent ce groupe." Il y a de la solidarité confraternelle avec Blanc quand il précise : "Ce n’est pas simple de façonner un groupe. Il faut du temps et il faut accepter les hauts et les bas."

"(...) L’Ukraine avec un dispositif orienté vers l’offensive sans les cadres Malouda et Evra, remplacés par Ménez et Clichy, avait suscité les éloges jusqu’à la démesure. Le match contre la Suède a renvoyé le balancier vers un ouragan de critiques acerbes, résume le sélectionneur. La mesure aurait dû rappeler que nos Bleus étaient qualifiés. Et n’était-ce pas l’objectif de cette génération…" Ce quart de finale opposera l'équipe à l'Espagne. L'affiche dont Domenech rêvait pour la finale.