Euro, les voilà !

Voir le site Euro 2012 de football

Euro, les voilà !
Par Vincent BREGEVIN|Ecrit pour TF1|2012-06-05T20:40:54.000Z, mis à jour 2012-06-06T09:53:18.000Z

L'équipe de France a surclassé l'Estonie (4-0) et, avec un duo Ribéry - Benzema hyperactif, fait le plein de confiance avant l'Euro.

Les Bleus sont d'attaque à six jours de leur entrée en lice à l'Euro 2012 face à l'Angleterre. L'équipe de France a bouclé sa préparation par un net succès sur l'Estonie (4-0) au Mans, avec un but de Franck Ribéry, un doublé de Karim Benzema et un but de Jérémy Ménez. Après avoir battu l'Islande (3-2) et la Serbie (2-0), la formation de Laurent Blanc a donc signé son troisième succès en trois matches, portant au passage sa série d'invincibilité à 21 rencontres consécutives.

Ce match face à l'Estonie a surtout donné l'occasion de vérifier l'importance du duo Benzema-Ribéry dans l'animation offensive française. Les deux joueurs ont été à l'origine ou à la conclusion des trois premiers buts des Bleus. Ribéry a ouvert la marque sur une déviation de Benzema (1-0, 25e), inscrivant son dixième but en 60 sélections, avant de voir l'avant-centre du Real Madrid doubler la mise d'une magnifique frappe enveloppée, après un corner mal dégagé par la défense estonienne (2-0, 37e). L'ancien Lyonnais a encore été à la réception d'un service parfait du stratège bavarois pour mettre son équipe à l'abri en début de deuxième période (3-0, 47e).

Des hésitations en défense

Le succès acquis face aux Estoniens a aussi permis de confirmer la solidité du 4-3-3 mis en place par Laurent Blanc, même si les Tricolores n'ont pas autant maîtrisé leur sujet que lors de la première période face aux Serbes. Les changements apportés dans l'équipe n'y sont peut-être pas étrangers. La charnière Mexès-Rami a connu quelques tergiversations qui auraient pu coûter cher en première période (8e, 12e), ne dégageant que rarement la même sérénité que la paire Koscielny-Mexès contre les Serbes. A gauche, Patrice Evra, impliqué sur le dernier but français, a été un peu plus convaincant que face à l'Islande, mais pas forcément autant que Gaël Clichy lors de la dernière sortie tricolore face aux Serbes.

A six jours du match contre l'Angleterre, toutes les questions ne sont donc pas forcément levées concernant le onze de Laurent Blanc. D'autant plus que les entrants ont su apporter un second souffle en fin de match, à l'image d'Olivier Giroud. L'avant-centre montpelliérain, déjà double passeur face à l'Islande, a ainsi délivré une nouvelle passe décisive à Jérémy Ménez (4-0, 90e+1) et semble s'affirmer dans ce rôle de joker que semble vouloir lui assigner Blanc. L'entrée de Laurent Koscielny à la place d'Alou Diarra au poste de milieu défensif n'a pas non plus été inintéressante, compte tenu des incertitudes qui pèsent sur l'état physique de Yann M'Vila et Blaise Matuidi. De bon augure pour Blanc et pour les Bleus avant de s'envoler pour l'Ukraine.