France/Primes: Mme Fourneyron fait confiance à Le Graët et Blanc

Voir le site Euro 2012 de football

Default tf1 image
Par AFP|Ecrit pour TF1|2012-06-28T16:36:51.000Z, mis à jour 2012-06-28T16:36:57.000Z

La ministre des Sports Valérie Fourneyron a indiqué jeudi qu'elle faisait "confiance" au président de la Fédération française de football Noël Le Graët et au sélectionneur Laurent Blanc "pour prendre des mesures adaptées y compris sur (les) primes" que doivent percevoir les joueurs après l'Euro-2012

La ministre des Sports Valérie Fourneyron a indiqué jeudi qu'elle faisait "confiance" au président de la Fédération française de football Noël Le Graët et au sélectionneur Laurent Blanc "pour prendre des mesures adaptées y compris sur (les) primes" que doivent percevoir les joueurs après l'Euro-2012.

"Les négociations avaient eu lieu avant l'Euro. Depuis l'Afrique du Sud (Mondial-2010) tout un travail important a été réalisé par la nouvelle direction. Les résultats sportifs ont été le minimum de ce qu'on pouvait attendre (ndlr: quart de finale) et les résultats en terme d'image n'ont pas été à la hauteur pour un certain nombre de joueurs", a déclaré Mme Fourneyron à Helsinki, où elle assiste aux Championnats d'Europe d'athlétisme.

"Je fais tout à fait confiance au président de la fédération et à Laurent Blanc pour prendre des mesures adaptées y compris sur ces primes", a-t-elle ajouté.

"Je crois que la Squadra Azzurra (ndlr: l'équipe d'Italie) a décidé de ne pas toucher (ses) primes. Il y a des images qui peuvent être regardées par notre équipe nationale", a souligné la ministre des Sports.

De nombreuses personnalités, notamment dans le monde politique, se sont interrogées sur la pertinence de verser aux joueurs une prime de 100.000 euros, après leur élimination en quart de finale de l'Euro-2012, face à l'Espagne (0-2), que les Bleus ont quitté avec une image brouillée.

Selon la Fédération italienne, tous les joueurs "ont manifesté l'intention de reverser leurs primes de l'Euro aux victimes des tremblements de terre en Emilie-Romagne" survenus les 20 et 29 mai, qui ont fait 25 morts et causé pour plusieurs milliards d'euros de dégâts, 15.000 personnes ayant notamment dû abandonner leur domicile.