Giroud, le chamboule-tout

Voir le site Euro 2012 de football

Giroud, le chamboule-tout
Par Maxime DUPUIS, au Touquet|Ecrit pour TF1|2012-05-29T20:38:29.000Z, mis à jour 2012-05-30T22:07:20.000Z

Olivier Giroud a fait très mal aux Islandais, dimanche. L'associer à Karim Benzema ne semble pas cependant pas dans les plans de Laurent Blanc, qui devrait complètement repenser son organisation au milieu de terrain et son animation.

Olivier Giroud est peut-être né vingt ans trop tard. En 2012, l'attaquant "unique" est devenu la norme en football. Jouer à deux pointes relève aujourd'hui plus souvent du fantasme que de la réalité. Dommage pour le Montpelliérain. Dans un monde idéal ou il y a quelques années de cela, la perspective d'une attaque Benzema - Giroud aurait eu droit de cité, comme la doublette Papin - Cantona qui fut le fer de lance des Bleus au début des années 90. Malheureusement pour Giroud, le football et l'exigence qui l'accompagne aujourd'hui ont changé la donne. Que le meilleur buteur du Championnat de France (21 buts) se rassure néanmoins, il aura son mot à dire en Ukraine.

Du haut de ses 4 sélections, Giroud a déjà marqué les esprits. Celui de Laurent Blanc en premier lieu. Buteur en Allemagne (1-2) pour de sa première titularisation, l'ancien Tourangeau a poursuivi sur sa lancée dimanche face à l'Islande (3-2). Des Bleus ayant foulé la pelouse du Hainaut, Olivier Giroud n'est pas celui qui s'est le moins fait remarquer. Entré peu avant l'heure de jeu, l'attaquant a exactement fait ce que Laurent Blanc attendait de lui. Il n'a pas scoré, certes. Mais fait marquer Ribéry puis Rami. Grâce à son "poids" et son jeu dos au but, Giroud a participé au sauvetage du navire bleu. Si bien que la question d'une éventuelle association avec Benzema n'a pas tardé à ressurgir. "Dans un 4-4-2, Giroud a sa place, juge notre consultant Steve Savidan. Il est l'un des rares à être aussi complet, par sa taille et par sa vélocité. De plus, il est très adroit et gaucher."

Benzema - Giroud, quatre minutes de vie commune

Depuis sa prise de fonction, Laurent Blanc n'a utilisé qu'avec parcimonie le 4-4-2. Le sélectionneur le répète à l'envi : on ne peut évoluer ainsi que face à des formations d'un calibre inférieur. Il l'a fait contre l'Albanie (3-0) avec Gomis et Rémy, en octobre dernier. Puis face aux Etats-Unis (1-0), un mois plus tard. Les pointes s'appelaient Gameiro et Benzema. Pour sa première sélection, Giroud était entré en jeu et avait été aligné... quatre minutes avec le Madrilène. Si les deux hommes doivent se recroiser de nouveau sur un terrain durant l'Euro, on peut imaginer que ne se fera pas autrement. Sans doute plus longtemps. Mais également en cours de match.

Les associer au coup de sifflet initial pousserait Laurent Blanc à abandonner son 4-3-3 / 4-2-3-1 et "repenser tout le milieu de terrain", regrette le sélectionneur. A savoir se passer d'un animateur, sans doute axial, celui là-même qui est aussi censé boucher les trous et perturber la relance adverse en phase défensive. Et ça, le sélectionneur national s'y refuse, même si les deux hommes sont "compatibles, comme tous les bons joueurs". Avant de préciser : "Olivier Giroud a des caractéristiques différentes de celles de Karim, il est mobile et peut fixer les défenses. Avec lui, Karim aurait deux solutions : tourner autour ou s'exiler à gauche. Cela fait beaucoup changer l'équipe, même si cela reste possible... Après, Giroud apporte beaucoup quand il rentre."

Qu'en pense le principal intéressé ? "C'est envisageable. Mais l'Euro, c'est demain. Changer de système tactique, essayer de nouvelles choses, ce n'est pas évident, je le conçois. Mais si je continue comme ça, j’aurai ma chance. Je ne suis pas impatient et je ne prends pas la tête avec ça. Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas obnubilé." Doublure et joker de luxe, tel semble être le futur proche du Montpelliérain. Pas une punition. Mais plutôt une chance. Pour lui. Et pour les Bleus.