Gourcuff, Ben Arfa... mais pas seulement

Voir le site Euro 2012 de football

Gourcuff, Ben Arfa... mais pas seulement
Par Maxime DUPUIS (à Valenciennes)|Ecrit pour TF1|2012-05-26T21:15:00.000Z, mis à jour 2012-05-27T14:18:32.000Z

Des onze joueurs qui vont débuter face à l'Islande dimanche, tous ne jouent pas leur tête. Mais (presque) tous ont quelque chose à prouver.

MANDANDA : Steve Mandanda n'a pas grand chose à gagner ou à perdre, dimanche face à l'Islande. Le portier de l'OM est numéro 2 dans la hiérarchie bleue et la rencontre de Valenciennes ne changera rien à l'affaire. Hugo Lloris avait besoin de souffler et entrera en piste jeudi face à la Serbie. Voilà pourquoi Mandanda joue. "En discutant avec les gardiens, on a fait en sorte qu'Hugo se régénère, il s'entraînera dimanche matin et ne sera pas concerné par le match", a révélé Blanc samedi.

DEBUCHY : Mathieu Debuchy fait partie des rares joueurs arrivés jeudi qui seront alignés d'entrée face à l'Islande. Plus frais que beaucoup de ses partenaires de Ligue 1 puisqu'il était suspendu lors de la dernière journée, le Lillois a une chance de confirmer sa belle prestation de l'Allemagne en février. En l'absence de Bacary Sagna, une place est à prendre à droite.

RAMI : La saison d'Adil Rami a été longue. Très longue. Le défenseur de Valence arrive à quelques encablures de l'Euro avec les jambes un peu lourdes et le besoin de se remettre en selle avec Philippe Mexès, avec qui il n'a été associé qu'une fois depuis la grave blessure du Milanais il y a quatorze mois. C'était en Allemagne en février dernier (victoire 2-1).

Nouveaux Bleus, nouveau lieu

MEXES : Rami a beaucoup joué. Mexès beaucoup moins. Pas assez même. Longtemps blessé et revenu en cours de saison, le défenseur a connu un gros coup de moins bien en fin d'exercice. Peu utilisé au Milan AC lors du sprint final, Philippe Mexès n'est pas en forme optimale. La rencontre de dimanche n'est donc pas à prendre à la légère. "Il faut prendre ce match comme un match de préparation. Il faut qu'il apporte des réponses à nos questions", a-t-il confié samedi. Tout est dit.

EVRA : En l'absence d'Eric Abidal, le titulaire à gauche devrait être Patrice Evra. A ceci près que Gaël Clichy, revenu de loin et auréolé d'une fin de saison réussie, va tenter de venir bousculer la hiérarchie. Le joueur de Manchester United serait donc inspiré de réussir son entrée en matière dimanche. Un match raté et le doute s'instillerait au profit de son cadet.

CABAYE : Dimanche face à l'Islande, Yohan Cabaye évoluera à un poste qui ne devrait pas être le sien durant l'Euro. Aligné en position de sentinelle, en lieu et place de Yann M'Vila, le joueur de Newcastle, partant certain pour l'Euro, va avoir du travail et ne devra pas ménager sa peine pour faciliter la tâche des animateurs du jeu.

NASRI : Loin d'avoir convaincu en Allemagne lorsqu'il a été aligné en position de meneur axial, Samir Nasri va évoluer plus bas et légèrement plus excentré face à l'Islande, dans une configuration qui n'est pas sans rappeler celle que les Tricolores avaient présentée en Angleterre en novembre de 2010 (victoire 1-2). Comme à Wembley, Nasri va avoir pour alter ego un certain Yoann Gourcuff. Que la soirée se passe aussi bien qu'en Angleterre offrirait de belles perspectives à Laurent Blanc.

GOURCUFF : Laurent Blanc a beau essayer de dégonfler la bulle. Il n'empêche : face à l'Islande, les yeux seront globalement rivés sur Yoann Gourcuff qui, pour faire simple, joue sa place à l'Euro en 90 minutes ou moins. Le Lyonnais, aligné dans un milieu à trois aux côtés de Cabaye et de Nasri, n'aura pas seul les clés du camion. Une manière de lui retirer un peu de pression. Mais nullement de le déresponsabiliser. "Il joue pour être à l'Euro. Beaucoup d'autres joueurs joueront pour être à l'Euro. Deux vont être éliminés et sont en concurrence avec un autre. Il joue gros... comme tous les autres. On sera attentif à lui et au reste de l'équipe", a concédé Blanc samedi.

Gourcuff, Ben Arfa... mais pas seulement

BEN ARFA : Le cas Gourcuff a presque fait oublier Ben Arfa. Et pourtant, le joueur de Newcastle a beaucoup à prouver après avoir réussi une belle fin de saison. Sa 9e sélection - la première depuis août 2010 - reste un événement. Tout le monde a envie de voir ce que l'ancien Marseillais a dans le ventre et si les promesses anglaises peuvent franchir la Manche. Compte tenu du forfait de Loïc Rémy, les 23 lui tendent les bras. A lui de profiter de l'aubaine.

MENEZ : Sur la lancée de sa fin de saison avec le PSG, Jérémy Ménez a une belle carte à jouer avec les Bleus. Rémy out, une place est à prendre à droite. Le Parisien fait partie des candidats sérieux, au même titre que Ben Arfa notamment. Dimanche face à l'Islande, il sera intéressant de voir où il débutera. Si Blanc le met d'entrée à droite alors que Ben Arfa a réalisé son excellente fin de saison à ce poste, le message sera fort en direction de l'ancien Sochalien.

BENZEMA : Karim Benzema se fait rare avec les Bleus ces derniers mois. Blessé et non-retenu face à l'Allemagne et lors des derniers matches de qualification pour l'Euro, le Madrilène n'a plus marqué depuis septembre dernier et le match en Albanie. Un petit but ou plus dimanche et l'ancien Lyonnais lancerait sa campagne européenne de la meilleure des manières.