Gourcuff, les trains passent

Voir le site Euro 2012 de football

Gourcuff et les trains qui passent
Par William-Alexandre PROUST|Ecrit pour TF1|2012-05-29T18:02:02.000Z, mis à jour 2012-05-30T13:35:47.000Z

Cette fois, Yoann Gourcuff a été lâché par Laurent Blanc : malgré leur relation forte, il n'a pas été retenu pour participer à l'Euro 2012. L'issue logique d'un déclin amorcé fin 2009. A cette époque, le milieu de terrain avait tout pour lui. Trois ans plus tard, il n'a plus rien.

Et dire qu'il était en 2009, selon le classement du Ballon d'Or, le vingtième meilleur joueur mondial. Aujourd'hui, Yoann Gourcuff n'est même plus l'un des 23 joueurs capables de mieux représenter la France à l'Euro 2012. Évincé de la liste définitive de Laurent Blanc ce mardi, le milieu de terrain se voit sanctionner de sa lente régression amorcée, justement, fin 2009. Cette fin d'année-là, l'ancien Rossonero sort d'une saison étincelante avec Bordeaux durant laquelle il est devenu champion de France, meilleur joueur de Ligue 1 et valeur phare de l'équipe de France depuis son but en Roumanie en octobre 2008 (la fameuse frappe égalisatrice des 35 mètres). Mais l'exercice 2009-2010 est une compilation de blessures.

La lente déliquescence de Yoann Gourcuff est alors amorcée. Mais comment lui, le successeur annoncé de Zinédine Zidane selon certains titres de journaux, pourrait-il n'être qu'un feu de paille ? Début 2010, l'annonce précoce de la nomination de Laurent Blanc à la tête des Bleus porte un coup au moral bordelais, en chute libre après un titre de champion d'automne. Le Breton peine à digérer sa précédente saison, perd le titre et la Coupe de la Ligue avant de rallier la Coupe du monde 2010. Là, tout va de travers : élimination précoce, expulsion face à l'Afrique du Sud, affaire de Knysna et surtout une grande impopularité au sein du groupe France. La communication officielle des Bleus s'évertue à démentir, rien n'y fait. Franck Ribéry en tongs sur le plateau de Téléfoot n'est pas plus convaincant.

Dans son mal-être, le milieu de terrain s'engage à Lyon pour jouer la Ligue des champions et chasser le spectre de la fin de saison calamiteuse à Bordeaux. Son arrivée, négociée pour 22 millions d'euros, se fait en grandes pompes, présentation officielle à Gerland devant 15.000 spectateurs à l'appui. Entre Rhône et Saône, Yoann Gourcuff est la nouvelle rockstar. Il doit casser la baraque. Le résultat est en dessous de toutes les espérances mais, cette saison-là, le beau gosse du football français a encore les Bleus comme branche à laquelle s'accrocher. Il joue six matches, marque trois buts dont deux en l'espace de trois jours en octobre (Roumanie puis Luxembourg). "En club, son bilan est indéfendable, mais en équipe de France, son bilan n'est pas si mauvais que ça", justifiera Laurent Blanc à l'annonce de sa pré-liste pour l'Euro 2012.

Encombrant à Lyon puis lâché par Blanc

Gourcuff et les trains qui passent

Le hic, c'est que ce bilan "pas si mauvais que ça" date de 2010-2011. Avant le succès de dimanche contre l'Islande (3-2), la dernière apparition de Yoann Gourcuff sous le maillot tricolore datait de mars 2011. L'exercice 2011-2012, c'est en rasant les murs que le Gone l'a parcouru. Sa mésentente avec Claude Puel, facteur implicitement présenté comme la cause de son mauvais rendement sur le terrain, ne tient plus. Avec Rémi Garde, cela ne va pas mieux. La faute, encore, à des pépins physiques. Des rumeurs de blessures diplomatiques surgissent. Jean-Michel Aulas clame sur les toits qu'il fait encore partie du projet. Mais pour beaucoup, si Lyon ne le vend pas, c'est pour croire encore à un gros regain de forme en 2013 afin de ne pas réaliser une opération financière trop catastrophique eu égard à son prix d'achat.

Et puis patatras : avec seulement treize matches au compteur et une fin de saison certes un peu plus convenable, il est appelé par Laurent Blanc dans la pré-liste. Observateurs et supporters s'étouffent : s'il est là, c'est uniquement grâce à la relation privilégiée qu'il entretient avec le sélectionneur national, son "deuxième père". Blanc place aussi cette convocation sur le compte d'un manque de solutions en milieu de terrain. Abou Diaby blessé, il valait mieux appeler un joueur qui faisait déjà partie du groupe. La tension ne retombe pas. Le "Président", certainement soucieux de ne pas être noyé par les critiques, a besoin que Gourcuff réalise une prestation étincelante face à l'Islande pour l'amener à l'Euro. Titulaire, il passe à côté de son match. "La liste, on n'y pense pas pour l'instant, assure-t-il à l'issue de la rencontre. Je vis au jour le jour. Le reste, je n'y fais pas attention."

Le surlendemain, il fait ses valises. Cette fois-ci, Laurent Blanc a fini par le lâcher. Et n'a pas tout fait pour inverser la tendance à Valenciennes, puisqu'il a fait évoluer Yoann Gourcuff à un poste de milieu relayeur peu susceptible de le rendre décisif. L'équipe de France commence à faire partie du passé pour le Gone. La saison prochaine, il n'y a pas de compétition internationale pour laquelle travailler. L'un des capitaines des champions de France 2009 est au fond du trou. Tout son crédit est à reconquérir et ses capacités psychologiques à rebondir rapidement après un échec n'ont jamais sauté aux yeux jusqu'ici. Le moment n'est pas venu pour Yoann Gourcuff, déjà 25 ans, de cesser de traîner derrière lui des points d'interrogation.