Gourcuff : "Je vis au jour le jour"

Voir le site Euro 2012 de football

Gourcuff : 'Je vis au jour le jour'
Par De notre envoyé spécial à Valenciennes, Maxime DUPUIS|Ecrit pour TF1|2012-05-27T23:19:19.000Z, mis à jour 2012-05-28T16:15:35.000Z

Yoann Gourcuff n'a pas vraiment rassuré face à l'Islande (3-2). Mais le Lyonnais se veut détaché alors que le couperet va bientôt tomber.

Les silences ont un sens. Autant que les paroles bien souvent. Alors forcément, quand Yoann Gourcuff a laissé filer quelques secondes après avoir été interrogé sur la liste des 23, le doute n'a fait que s'accroître dans l'esprit des observateurs qui ont vu le Lyonnais participer à la première rencontre de préparation à l'Euro 2012 et, globalement, passer à côté. Y croit-il vraiment ? En a-t-il envie au fond de lui ? Difficile d'être sûr. Décalé dans la vie de groupe, Gourcuff l'a constamment été dimanche sur le terrain, avant que Franck Ribéry ne vienne le remplacer à un quart d'heure de la fin.

Jamais dans le bon tempo, qu'il soit associé à Cabaye en première période, ou aux côtés de Marvin Martin au coeur du deuxième acte, Yoann Gourcuff a eu beaucoup de mal à jouer avec ses partenaires. Non pas qu'il n'ait pas cherché à le faire. C'est l'essence de son jeu. Mais le fils de Christian n'est pas sur la même longueur d'ondes que ses partenaires. A qui la faute ? Elle est sans doute partagée. C'est criant et regrettable. Insolvable ? Possible.

"Je n'y pense pas"

Dimanche, Yoann Gourcuff s'est surtout illustré par ses nombreuses courses. Souvent dans le vide. Au moins s'est-il rassuré quant à sa condition. "Je me suis bien senti physiquement. J'avais pas mal de jus, il a fallu jouer simple et donner de bons ballons aux attaquants, tout en restant attentif avec Yohan Cabaye pour bien récupérer les ballons. Il fallait trouver le juste équilibre", a-t-il analysé une fois la victoire des Bleus acquise.

S'il fallait parier sur la présence de Gourcuff dans la liste finale de Blanc, certains auraient des réticences à mettre cher sur la tête de l'ancien Bordelais. Quid du principal intéressé ? "Pour l'instant, je n'y pense pas. On pense avant tout à jouer. Je vis au jour le jour. On essaie d'être bien et de trouver des automatismes sur le terrain et du plaisir. Mieux vaut ne pas se prendre la tête. Ce sont des choses que l'on ne maitrise pas. On verra en temps et en heure." L'heure, justement, est bientôt venue.