Gripper le moteur allemand

Voir le site Euro 2012 de football

La Grèce se soigne balle au pied
Par T.C. et N.S.|Ecrit pour TF1|2012-06-21T16:04:30.000Z, mis à jour 2012-06-22T18:39:02.000Z

L'analyse statistique des matches de poule de l'Allemagne et de la Grèce pousse à croire que ce quart de finale sera le plus déséquilibré de l'Euro 2012. Mais ce vendredi (20h45), à Gdansk, les Grecs peuvent mettre leur grain de sable dans la mécanique bien huilée des Allemands.

Sur le papier, la Grèce ne soutient pas la comparaison avec l'Allemagne. Pas plus qu'on ne l'imaginait gagner en 2004 face à la France, au Portugal, ou à une République tchèque alors brillante. Face à l'Allemagne, l'un des grands favoris de la compétition, les Hellènes ne pourront pas lutter avec les mêmes armes que leur adversaire. Mais que l'on se rassure, les coéquipiers de Kostas Katsouranis ne comptaient certainement pas rivaliser en matière de centres, de tirs cadrés, de passes réussies et encore moins décisives (0 offrandes à 4), où leur ratio est deux fois moins élevé que celui des hommes de Joachim Löw. Mais si elle est bien huilée, la Nationalmannschaft a tout intérêt à marquer rapidement pour que la machine ne se grippe pas. Comme les Tchèques l'ont fait (2-1), pour infliger aux Grecs leur seul revers de la compétition. Car les Grecs savent tâcler et cadenasser un match, pour emporter des succès inespérés.

Gripper le moteur allemand