"Les hommes plus que le schéma"

Voir le site Euro 2012 de football

Bleus : vos questions, vos réactions
Par Maxime DUPUIS, envoyé spécial à Donetsk (Ukraine)|Ecrit pour TF1|2012-06-21T17:02:39.000Z, mis à jour 2012-06-22T15:17:50.000Z

A deux jours du quart face à l'Espagne, vous vous êtes entretenus avec notre envoyé spécial à Donetsk, Maxime Dupuis. Si les Bleus veulent battre l'Espagne, il faudra être au point tactiquement, mais surtout que les joueurs montrent autre chose.

Visiteur : Pensez-vous que les Bleus ont manqué de conviction face à la Suède ?

Maxime Dupuis : Complètement. Et Laurent Blanc ne l'a pas caché. La veille, il avait dû stopper la séance d'entraînement pour remettre tout ce petit monde dans le droit chemin. Ça n'a pas marché. Les Bleus avaient été bons face à l'Ukraine, ils se sont vus beaux et qualifiés, ou presque. Ça a joué. Ils se sont pris les pieds dans le tapis. Cela dit, j'aimerais que l'on n'oublie pas le match des Suédois qui, lui, a été exemplaire.

Samir : Mentalement, les Bleus se sont-ils remis de leur défaite ?

M.D. : C'est là tout l'enjeu des heures qui nous séparent du quart de finale contre l'Espagne. Je pense qu'ils vont repartir de l'avant. Ils ont pris une belle claque. Les idées sont de nouveau en place. Et désormais, on passe à autre chose.

Nicolas : Pensez-vous que la suspension de Philippe Mexès soit, au final, une bonne chose ?

M.D. : Avant de parler de bonne ou de mauvaise nouvelle, j'attendrai de voir la prestation de Laurent Koscielny face à l'Espagne. Le défenseur d'Arsenal est bon. Mais il ne faut pas non plus s'enflammer outre-mesure. Il lui est arrivé de passer des samedis difficiles en Premier League. Celui qui l'attend à Donetsk risque d'être également corsé.

Visiteur : Comment peut-on prétendre à être champion d’Europe après ce type de match?

M.D. : En ce moment, personne ne prétend à rien. Je peux vous l'assurer. Ce qui compte, c'est désormais l'Espagne. Point barre. Le but des Bleus sera à la hauteur et, si possible, de passer. Le reste, on verra après...

Antoine : Pensez-vous que la France aurait intérêt à défendre comme Chelsea face au Barça ?

M.D. : Je pense surtout qu'elle va y être forcée. Laurent Blanc ne se fait pas d'illusion. Contre l'Espagne, on n'a pas le ballon. Et le but est de se servir du mieux possible des quelques munitions qui vous tombent entre les pieds. L'enjeu est là. Après, défendre comme Chelsea, j'ai peur que cela soit difficile pour différentes raisons, notamment une qui tient à la maturité de cette équipe. Les Blues étaient une armée de grognards, ce que les Bleus ne sont pas pas. Etre concentré durant 90 minutes, c'est très très compliqué.

Arhur : Qui jouera sur le côté droit de l'attaque ?

M.D. : Je mets une grosse pièce sur Jérémy Ménez. Ses qualités sont adéquates pour un tel match. De la vitesse et de la profondeur. Néanmoins, le Parisien devra défendre. Et vraiment se battre à la récupération. Sinon, il sera utile que 20% du temps. Contre l'Espagne, c'est 100% ou rien.

Milan147 : L'Espagne nous craint-elle ?

M.D. : Craindre est un bien grand mot, mais je pense qu'un autre adversaire ne lui aurait pas déplu... Vous savez, les Espagnols n'ont pas la mémoire courte. Ils savent qu'ils ne nous ont jamais battus en phase finale. Qu'en 2006, ils avaient beaucoup parlé avant de se casser les dents sur Zizou and co. Aujourd'hui, il y a du respect. De la crainte, je ne pense pas.

Alex : Pensez-vous que Laurent Blanc continuera de faire confiance à Clichy contre l'Espagne ?

M.D. : Bonne question. J'ai un petit doute en raison de ce que l'on va demander aux joueurs face à l'Espagne. Patrice Evra n'est plus le Patrice Evra d'il y a quelques années, mais, défensivement, je trouve qu'il reste plus sûr que son cadet. Et comme il va falloir défendre...

Bastien : Nasri, le meilleur contre l'Angleterre, le plus mauvais contre la Suède...Blanc devrait-il s'en passer contre l'Espagne ?

M.D. : Tout d'abord, et je l'ai écrit sur ce site, je ne trouve pas que Nasri ait été le meilleur contre l'Angleterre. Il a marqué et a été plus en vue que lors de la préparation. Mais franchement, il n'y avait pas de quoi se relever la nuit. Ribéry ou Diarra ont été pour moi bien meilleurs. Pour ce qui est de l'Espagne, Nasri est en balance à mon avis. Parce que ses coéquipiers lui reprochent son jeu, Benzema en tête qui ne reçoit rien dans la profondeur, et parce qu'il faudra aller vite contre l'Espagne. Nasri n'a peut-être pas le meilleur profil pour cela. Enfin, à l'argument, il faut du monde pour conserver le ballon contre l'Espagne, j'entends bien. Mais conserver le ballon, ce n'est pas tricoter. On peut conserver le cuir en se faisant des passes...

Hugo : L'équipe de France ne manque-t-elle pas d'un vrai capitaine pour tenir certains joueurs qui manquent de maturité ?

M.D. : Complètement mon cher Hugo ! Et le problème vient en partie du porteur du brassard, qui est un capitaine par défaut. Hugo Lloris est un excellent gardien de but. Point. Il fallait donner le brassard à un joueur exemplaire, ça a été lui. Dommage. Mauvais choix. Il ne fallait cependant pas être devin pour s'en douter. Alain Boghossian a parlé de ce manque de leadership ce matin en disant que ces joueurs ne se créaient pas. Il a raison. La France n'en a pas vraiment. Dommage.

Etienne : Quel est l'atout principal des Bleus face à l'Espagne ?

M.D. : Je vais vous en donner deux. Le talent individuel, car elle en est pourvue. C'est évident. Et aussi une forme d'insouciance. A défaut d'avoir de l'expérience, lâchons les chevaux. Après, il faut trouver le juste milieu et que l'insouciance ne se transforme pas en inconscience.

Yohan : Pourquoi Giroud n'a pas plus de temps de jeu ?

M.D. : Parce que Karim Benzema est devant lui. Simplement. On peut tourner le problème dans tous les sens, sur le papier, Benzema offre d'autres garanties que Giroud, qui n'a qu'une excellente saison de Ligue 1 dans les jambes. Alors oui, Benzema n'est pas très bon, ne marque pas, etc. Mais c'est l'avantage et le souci avec les joueurs de talent, on a du mal à s'en passer. Dans les bons comme les mauvais moments. Et, dernière chose, face à l'Espagne, mieux vaut avoir Benzema en pointe. Au moins à 0-0. Parce que des ballons dans la surface, il ne va pas y en avoir des masses. Il va falloir chercher la profondeur avant tout.

Dokerty : Les Bleus vivent-ils dans une bulle ou bien ont-ils écho des critiques ?

M.D. : S'ils vivaient dans une bulle, pensez-vous que Nasri aurait demandé face à l'Angleterre à toute la tribune de presse de se taire ? Evidemment qu'ils ont écho de tout. On est au XXIe siècle, ils ont accès à la presse, à la télévision, à internet. Et s'informent comme tout le monde. Après, tout dépend de la manière dont ils ingurgitent l'info...

Alex : Que devra faire la France pour battre l'Espagne ?

M.D. : Bien défendre, bien attaquer quand ils en auront la possibilité. Pour faire simple, il faudra réussir le match parfait et/ou espérer que les Espagnols aient un coup de moins bien. Ce n'est pas impossible non plus.

Joe : Quel schéma idéal face aux Espagnols ?

M.D. : Plus que le schéma, c'est la prestation des hommes qui comptera. Comme Bernard Hinault le dit en cyclisme : "Ce sont les coureurs qui font la course, pas le contraire". En football, c'est pareil. Mais si vous voulez mon avis, il n'y aura pas de révolution tactique. Soit 4-2-3-1 ou 4-3-3 mais je mettrais bien une pièce sur le deuxième, avec un entrejeu plus "intelligent" et plus "espagnol". Imaginez Diarra, Martin et Cabaye au milieu. Ça se tient. Réponse samedi soir.