L'Eire va se battre

Voir le site Euro 2012 de football

L'Eire va se battre
Par Vincent BREGEVIN|Ecrit pour TF1|2012-06-08T09:28:03.000Z, mis à jour 2012-06-10T16:05:34.000Z

Les douze choses que vous devez savoir sur l'Eire, avant l'ouverture de l'Euro, vendredi. Les Irlandais comptent sur Robbie Keane et leur "fighting spirit" pour déjouer les pronostics.

SES LEADERS : ROBBIE KEANE, BUTEUR CADRE

L'Eire est plutôt réputée pour sa solidité défensive que pour son potentiel offensif. Le joueur clé de la formation de Giovanni Trappattoni se trouve cependant en attaque. Il s'agit de Robbie Keane, l'attaquant des Los Angles Galaxy, âgé de 31 ans. Il est le deuxième élément le plus capé de l'Eire (115 sélections, derrière Shay Given, 121) et son meilleur buteur (53 buts, record dans l'histoire de la sélection). L'ancien joueur de Tottenham sera l'atout numéro 1 de sa formation dans le secteur offensif. Il a d'ailleurs été le meilleur buteur de son équipe lors de la phase de qualifications (7 buts).

SON COACH : TRAPPATTONI, LE DOYEN

A 73 ans, l'inoxydable Giovanni Trappattoni sera le doyen des coachs de cet Euro 2012. Mais son expérience en championnat d'Europe est plutôt limitée. Le technicien italien n'a participé à cette épreuve qu'une seule fois, en 2004, échouant au premier tour avec l'Italie. Il participe à son premier grand tournoi international avec l'Eire, qu'il dirige depuis 2008, après avoir échoué de peu face à la France en barrage pour la Coupe du monde 2010 (0-1, 1-1 a.p.).

SES "FRANCAIS" : L'IRLANDAIS NE TRAVERSE PAS LA MANCHE

L'Eire est la seule sélection qualifiée pour l'Euro à n'avoir aucun joueur de son championnat dans sa sélection. Cela ne signifie pas que les Irlandais sont répartis aux quatre coins du monde. Sur les 23 sélectionnés, 20 jouent en Angleterre. Les exceptions sont Darren O'Dea (Celtic Glasgow, ECO), Aiden McGeady (Spartak Moscou) et Robbie Keane (LA Galaxy). Aucun Irlandais en Ligue 1 donc, et ce n'est pas la faute de Thierry Henry a priori...

SES GRANDS ABSENTS : FOLEY, A LA LIMITE

Giovanni Trappattoni n'a pas eu de forfait à déplorer pour l'Euro. Le sélectionneur irlandais s'est volontairement passé des services de Kevin Foley, le défenseur de Wolverhampton, longtemps handicapé par une blessure cette saison. Cela ne bouleverse pas vraiment son groupe.

SES GRANDES REFERENCES : EN PASSANT PAR L'ESTONIE

L'Eire a dû passer par les barrages pour accéder à l'Euro 2012 après avoir terminé deuxième de son groupe derrière la Russie. Avant d'affronter l'Estonie, les Irlandais avaient assuré cette deuxième place dans un duel décisif remporté à domicile face à l'Arménie (2-1). L'équipe de Giovanni Trappattoni s'est facilité les choses lors de son barrage en remportant largement le match aller en Estonie (0-4), face à une équipe réduite à neuf, avant un nul au match retour en Irlande (1-1). Durant la phase de qualifications, l'Eire est l'équipe qui a marqué le plus de buts sur coups francs indirects (5) et celle qui a raté le plus de passes (1136).

SON CALENDRIER : LE REVELATEUR CROATE

L'Eire jouera gros dès son premier match dimanche à Poznan face à la Croatie, la seule équipe du groupe C contre laquelle elle présente un bilan positif (6 matches, 2 victoires, 3 nuls et 1 défaite). Un succès serait plus que bienvenue avant d'affronter deux gros calibres du tournoi, l'Espagne, championne du monde et d'Europe en titre, le 14 juin, et l'Italie le 18 juin lors d'un rendez-vous qui s'annonce particulier pour le sélectionneur transalpin Giovanni Trappattoni. A noter que les Irlandais avaient dominé les Italiens (0-2) en amical en juin 2011.

SES AMBITIONS : SURPRENDRE

Dans le groupe C, l'Espagne et l'Italie apparaissent comme les favoris, la Croatie comme l'outsider et l'Eire comme l'équipe promise à un retour à la maison dès la fin du premier tour. C'est paradoxalement le meilleur contexte possible pour la formation de Trappattoni, qui tentera de surprendre son monde pour déjouer les pronostics et accéder aux quarts de finale pour la première fois de son histoire.

SES ATOUTS : LE GOÛT DU COMBAT

L'Eire est toujours une équipe difficile à manoeuvre. Giovanni Trappattoni a transmis son sens de la rigueur défensive et tactique à une équipe déjà réputée pour son engagement et son "fighting spirit". Ses deux éléments expliquent en partie pourquoi les Irlandais n'ont plus perdu un match par plus d'un but d'écart depuis un revers face au Brésil (0-2) en match amical le 2 mars 2010. Ses adversaires peuvent s'attendre à tout, sauf à une partie de plaisir.

SES FAIBLESSES : DES LIMITES TECHNIQUES

L'Eire ne misera pas sur le jeu pour tenter d'exister à l'Euro, car elle n,'en a pas vraiment les moyens. Le potentiel technique de l'équipe de Trappattoni reste limité, ce qui pourrait être rédhibitoire dans un groupe où l'Espagne, l'Italie et la Croatie regorgent de techniciens.

SON HISTOIRE A L'EURO : 24 ANS APRES

Avant d'accéder à l'Euro 2012, l'Eire n'avait disputé qu'un seul championnat d'Europe. C'était en 1988, et les Irlandais n'étaient pas parvenus à franchir une phase de poules il est vrai très compliquée avec la présence des deux futurs finalistes de l'épreuve, les Pays-Bas et l'URSS. L'Eire avait même fait franchement bonne figure, s'imposant devant l'Angleterre (1-0), accrochant les soviétiques (1-1) puis s'inclinant d'une courte tête devant les Néerlandais (0-1) pour finir à la troisième place du groupe, à une petite longueur des Oranje, deuxièmes.

SA PLACE DANS LE FOOT MONDIAL : L'EURO 88, EVENEMENT FONDATEUR

Quasiment inexistant sur la scène internationale avant cet Euro 88, l'Eire a depuis signé quelques performances, notamment un quart de finale de la Coupe du monde 1990 qui reste à ce jour sa meilleure performance dans un grand tournoi. Les Irlandais ont également atteint les huitièmes de finale de cette épreuve en 1994 et 2002. Sa défaite en barrages de la dernière Coupe du monde par la France, sur un but entaché d'une faute de main de Thierry Henry, a suscité pas mal d'émotions et de sympathie à son égard.

UNE ANECDOTE : JAMAIS DEUX SANS TROIS ?

Personne ne va pas parier sur une victoire de l'Eire. Sauf ceux qui croient aux statistiques. Les Irlandais joueront en effet leur premier Euro depuis 24 ans, égalant ainsi le plus long écart entre deux qualifications pour un pays. Les deux autres pays dans ce cas-là sont la France (1960-1984) et la Grèce (1980-2004). Deux équipes qui avaient fêté l'événement en remportant le trophée. Alors, jamais deux sans trois ?

L'Eire va se battre