"L’Espagne a changé le football"

Voir le site Euro 2012 de football

'L’Espagne a changé le football'
Par G.C. avec AFP|Ecrit pour TF1|2012-07-02T08:50:15.000Z, mis à jour 2012-07-04T07:37:33.000Z

"Historique". "Légende". "La meilleure de l'histoire". La presse espagnole insiste sur le côté historique de la victoire de la Roja à l'Euro.

D'habitude, la presse espagnole n'est pas avare en superlatifs. Mais là, elle n'a pas besoin d'en rajouter. L'exploit réalisé pour la Roja se suffit à lui-même. Tous les quotidiens soulignent ainsi le moment d'Histoire qui s'est joué sur la pelouse du stade olympique de Kiev avec cette victoire de la sélection espagnole contre l'Italie (4-0) en finale de l'Euro 2012. "HISTORIQUE. Triplé de légende: Euro 2008, Mondial 2010 et Euro 2012", résume le journal sportif El Mundo Deportivo à la Une. "L'Espagne conquiert la triple couronne. La victoire de l'Euro fait entrer l'équipe espagnole dans la légende", proclame aussi en Une le quotidien El Pais, comme les autres journaux généralistes. "Ce que personne n'a jamais réussi", renchérit El Mundo, tandis que ABC titre sur "l'Espagne invincible".

Pour Marca et AS - les quotidiens sportifs madrilènes -, l'affaire est même entendue. En effaçant dans les annales la RFA - qui avait échoué dans sa quête de ce fabuleux triplé en 1976 -, la Roja a pris une dimension unique. "L'Espagne et personne d'autre - La Roja s'affiche comme la meilleure équipe de tous les temps", n'hésite pas à écrire Marca, tout comme AS qui proclame à la Une: "LA MEILLEURE équipe de l'histoire". Pour El Mundo, c'est aussi la victoire d'une philosophie : "L'Espagne qui a changé le football", affirme le quotidien en saluant "le style", "la possession du ballon" des Espagnols. "La 'triple couronne' de la Roja en quatre ans légitime un modèle que tous veulent imiter".

"L'Espagne vous ennuie ?"…

Cette soirée a aussi permis aux Espagnols d'oublier, le temps d'un soir, les soucis économiques du pays. "Les succès du football espagnol offrent un soulagement indirect bien qu'éphémère face aux conséquences destructrices de la récession et du chômage dont souffrent la société espagnole", constate El Mundo dans un éditorial. "Car, ajoute-t-il, le football ne peut pas se substituer à une bonne gestion politique ni à la prospérité économique, et ne doit pas être une raison de les exiger, mais elle peut injecter une dose de confiance dans des moments difficiles".

Si l'Espagne est rouge de bonheur, la presse internationale salue aussi ce succès ibérique. "Historique ! Inoubliable ! Une légende", résume A Bola, le quotidien portugais. "Félicitations aux Espagnols ! Vous êtes les meilleurs du monde !", ajoute Bild en Allemagne. La presse anglaise fait aussi des courbettes devant la Roja mais revient surtout sur le débat qui a suivi le parcours de la sélection espagnole avant la finale. Certains critiquaient son jeu et l’avaient même récemment renommée "Boring Spain". La finale a mis les points sur les i. "L'Espagne vous ennuie ? Le débat est tellement ridicule qu’on devrait le mettre dans une boite que l'on n'ouvre plus jamais", lâche The Guardian, rejoint par le tabloïd The Sun : "Bien ! Qui peut encore discuter après ça ?". Personne en effet.