L'impossible révolution des Bleus

Voir le site Euro 2012 de football

Les Bleus ont moins gâché
Par Maxime DUPUIS (Envoyé spécial à Donetsk)|Ecrit pour TF1|2012-06-25T16:32:38.000Z, mis à jour 2012-06-26T10:17:26.000Z

L'Euro fini, l'heure est déjà à la reconstruction chez les Bleus. Avec quels joueurs ? Les nouvelles têtes ne se pressent pas au portillon.

Et maintenant ? Que vont-ils faire ? Le football et le sport sont d'éternels recommencements. Dans la victoire comme dans la défaite. Pas le temps de savourer ou de ruminer, il faut déjà se remettre au travail. Rentrés d'Ukraine, les têtes pensantes de l'équipe de France doivent d'ores et déjà préparer le rendez-vous du 15 août au Havre, où les Bleus affronteront l'Uruguay en match amical. Après, il sera temps de se tourner vers les qualifications de la Coupe du monde 2014. Avec qui ? La question du sélectionneur sera tranchée d'ici peu de temps. Celle des joueurs dépendra en partie de l'identité du patron, mais on imagine mal un renouvellement en profondeur.

L'équipe de France qui a atteint les quarts de finale de l'Euro 2012 a, sur le papier, réussi sa mission. Et reste une équipe qui, par son âge, a de l'avenir. Durant le Championnat d'Europe, les 23 Bleus présentent une moyenne d'âge de 27 ans, juste dans la moyenne des 16 qualifiés. Elle devrait le plus logiquement du monde s'abaisser de quelques mois dans d'ici le prochain rendez-vous des Bleus. Ajoutez à cela que le sens de l'histoire et d'une nouvelle aventure veulent que l'on injecte du sang vraiment neuf, même si un joueur tel que Bacary Sagna (29 ans) devrait retrouver le groupe quand il sera sur pied.

Parmi les "vieux" Bleus, aucune retraite internationale n'a été annoncée. Aucune n'est en vue non plus. Mais Patrice Evra, 31 ans et désormais passé derrière Gaël Clichy dans la hiérarchie à gauche, pourrait faire partie de la charrette des départs anticipés. Même constant pour Florent Malouda, dont l'expérience ne sera pas un argument infini. Cette Coupe du monde au Brésil, le Guyanais aimerait la jouer. Mais la réalité de ses performances et d'un avenir incertain lui briseront peut-être ce rêve. Derrière ces deux joueurs, Philippe Mexès est peut-être le plus en danger. A 30 ans et après sa grave blessure, il doit rapidement rassurer le patron qui passera peut-être à autre chose en cas de doutes trop aigus.

Pas de Zidane dans l'arrière-cour

Il n'est cependant pas nécessaire d'être vieux pour être écarté d'une équipe de France. Surtout en ces temps sombres où le comportement est devenu un paramètre que l'on ne peut plus négliger. En Ukraine, certains talents se sont plus illustrés par leurs débordements vocaux que ballon au pied. On pense à Samir Nasri en premier lieu, mais il ne possède pas le monopole du mauvais goût comportemental. A l'avenir, le patron serait peut-être mieux inspiré de laisser quelques joueurs de ballon de côté pour privilégier le collectif. C'est sans doute ce qui sera le plus compliqué à faire. Mais ce n'est pas à écarter. L'équipe de France ne peut plus se permettre de gâcher ses grandes compétitions en raison des incartades de certains. Perdre sur le terrain suffit bien.

Vers le Brésil, les Bleus partiront avec une colonne vertébrale composée d'Hugo Lloris, Franck Ribéry, Karim Benzema et... Yohan Cabaye, dont l'importance a éclaté au grand jour cet été. Difficile désormais d'écarter le milieu de terrain de Newcastle dont le comportement sur le terrain et en dehors doit être l'étalon d'une équipe de France nouvelle. Pour les assister, on peut imaginer revoir Mathieu Debuchy, Yann M'Vila et d'autres joueurs qui ont déjà pris leurs marques depuis un certain temps. Et quelques absents de l'Euro (Rémy, Diaby et, qui sait, Gourcuff). Quant aux nouveaux, il y en aura. Mais sur le papier et mis à part une éclosion soudaine, les nouveaux Zidane et Platini n'attendent pas dans l'arrière-cour. Le plus prometteur de la nouvelle vague, dont Alexandre Lacazette fait partie, s'appelle Raphaël Varane et joue au Real Madrid. Mais aussi talentueux soit-il, le jeune défenseur n'est encore qu'un deuxième ou troisième choix dans le meilleur club du monde. Son heure viendra sûrement. Le plus vite possible sera le mieux pour les Bleus.