L'Islande, un avant-goût de Suède

Voir le site Euro 2012 de football

L'Islande, un avant-goût de Suède
Par Maxime DUPUIS, envoyé spécial à Valenciennes|Ecrit pour TF1|2012-05-27T09:30:51.000Z, mis à jour 2012-05-27T20:24:51.000Z

La France dispute ce soir son premier match de préparation à l'Euro face à l'Islande, choisie pour ses "ressemblances" avec la Suède.

La dernière fois que les Bleus ont croisé le fer avec les Islandais, ils étaient sur la route d'un sacre européen. Le 9 octobre 1999, dans la douleur, l'équipe de France de Roger Lemerre s'était imposée 3-2 au Stade de France et qualifiée pour l'Euro 2000 qu'elle allait magistralement remporter. Treize ans après, Laurent Blanc et la Fédération Française de Football ont conclu un match de préparation avec leurs homologues islandais, non pas pour marcher sur les traces de leurs illustres prédécesseurs, mais pour se donner une idée de ce qui les attend durant l'Euro... face à la Suède.

"On a tenté de trouver des adversaires ayant des football proches de ceux que l'on aura à l'Euro, s'est justifié Laurent Blanc. Je ne dis pas que la Suède joue comme l'Islande mais elle a des caractéristiques semblables, au niveau de la taille des joueurs notamment. J'ai regardé Angleterre - Suède récemment, on peut se rendre compte que les Suédois sont imposants. Forcément, quand vous avez une équipe athlétique, vous avez un certain type de jeu et une certaine philosophie. Les Islandais ne jouent pas exactement de la même manière mais, par exemple, quand ils jouent un six mètres, vous ne vous posez pas vraiment la question. Vous savez qu'ils vont chercher une cible et jouer au-dessus."

Un sélectionneur... suédois

Et face à la 131e nation à la FIFA, il faudra s'adapter, comme face à la Suède qui, cependant, présente des caractéristiques techniques dont les hommes de Lars Lagerbäck, sélectionneur... suédois de l'Islande, ne peuvent se prévaloir. Blanc en est conscient mais cela ne donne pas moins de valeur à la répétition. "Techniquement, on s'est capable de tenir le ballon. Il faudra le faire, l'Islande va nous opposer du jeu aérien et physique", juge le sélectionneur qui attend de ses hommes qu'ils mettent le ballon à terre dès que possible.

L'Islande dans le rôle de la Suède, puis la Serbie dans le rôle de l'Ukraine, jeudi à Reims, et enfin l'Estonie... dans les habits de l'Angleterre, mardi 5 juin au Mans. N'y aurait-il pas une légère erreur de casting ? "On n'a pas trouvé d'équipe britannique, regrette Blanc. Pour le dernier match, on voulait un adversaire anglo-saxon, mais au dernier moment la formation choisie s'est désistée (ndlr : l'Ecosse). On avait pourtant un accord. On a donc choisi l'Estonie." On fait parfois ce que l'on peut avec ce que l'on a. Même quand en équipe de France.