L'Italie, destin (presque) en main

Voir le site Euro 2012 de football

L'Italie, destin (presque) en main
Par Thomas CHOLET|Ecrit pour TF1|2012-06-17T12:06:06.000Z, mis à jour 2012-06-18T18:46:07.000Z

Pour accéder aux quarts de finale, les Italiens, 3e du groupe C, doivent battre l'Eire (20h45), et même scorer en cas de match nul entre l'Espagne et la Croatie. Un seul scénario pourrait éliminer une Nazionale victorieuse : un 2-2 dans l'autre match de cette poule.

ENJEU :

A ceux qui voyaient l'Italie bétonner sa défense à l'Euro, les coéquipiers d'Andrea Pirlo ont répondu par un jeu plutôt séduisant. Face à l'Eire, la Nazionale devra afficher encore un peu plus haut ses qualités offensives, car elles n'ont pas suffi aux Transalpins pour se mettre à l'abri. Eux qui n'ont glané que deux points en autant de matches (1-1 face à l'Espagne et la Croatie) doivent cette fois s'imposer face à l'Eire, déjà éliminée, en espérant qu'il y ait un vainqueur entre l'Espagne et la Croatie. Ou que les deux équipes se quittent sur un score nul et vierge. Car si les deux actuels leaders du groupe C (avec 4 points) marquaient chacun un but, les Italiens seraient dans l'obligation de trouver les filets irlandais à trois reprises et de gagner par deux buts d'écart. Un seul cas de figure éliminerait l'Italie à coup sûr : un match nul avec quatre buts ou plus. Un scenario qui avait déjà écarté l'Italie de l'Euro 2004. L'heure est donc plus à l'attaque qu'aux calculs.

CHIFFRES CLES :

0. Sous l'ère Prandelli (depuis juillet 2010), la Nazionale n'a jamais perdu quand Antonio Cassano jouait (12 matches, 8 victoires, 4 nuls). Le Milanais, seul joueur de champ à avoir disputé chacun des 9 matches de l'Italie à l'Euro depuis 2004, n'était donc pas du dernier match face à l'Eire, en juin 2011, quand l'Italie s'est inclinée en amical (0-2).

14. L’Italie est l'équipe qui a réalisé le plus de matches nuls dans l'histoire de l'Euro. Mais un quinzième score de parité dans cette compétition (un troisième dans l'édition 2012) éliminerait les Transalpins, obligés de battre l'Eire pour se qualifier en quarts de finale.

33%. Lors de ses deux premiers matches de l'Euro, l'Eire n'a eu la possession du ballon qu'un tiers du temps. C'est le plus faible ratio de la compétition, et cela explique en partie pourquoi l'Irlande a été la première équipe éliminée.

LES EQUIPES PROBABLES :

"Trois ou quatre changements" sont à prévoir dans le onze de départ italien, a prévenu Cesare Prandelli. Les plus frais resteront pour le match décisif face à l'Eire et les latéraux, très sollicités par le schéma transalpin en 3-5-2, devraient être les premiers à souffler. L'organisation tactique pourrait changer du même coup, et l'Italie passer en 4-4-2, avec un milieu en losange où Motta, qui a donné de sa personne avant de sortir, légèrement blessé, face à la Croatie, serait remplacé à Montolivo. Devant, Balotelli est disponible malgré une alerte au genou droit, mais il pourrait laisser sa place à Di Natale, qui l'avait remplacé avant d'ouvrir le score face à l'Espagne.

L'Eire, déjà éliminée, alignera "sa meilleure équipe possible". Une question d'honneur pour le sélectionneur italien de la République d'Irlande Giovanni Trapattoni, qui n'a jamais perdu face à ses compatriotes depuis qu'il dirige les "Boys in Green" (1 victoire, 2 nuls). Le onze est une la copie conforme de celui aligné lors de la défaite contre l'Espagne. Seul le brassard change de porteur, il est confié à Damian Duff pour sa 100e sélection.

L'Italie, destin (presque) en main