L'Italie pourrait le regretter

Voir le site Euro 2012 de football

L'Italie pourrait le regretter
Par G.C.|Ecrit pour TF1|2012-06-14T17:48:03.000Z, mis à jour 2012-06-15T10:02:23.000Z

Alors qu'elle menait, l'Italie a été accrochée par la Croatie (1-1). Une victoire face à l'Irlande pourrait ne pas suffire pour passer.

L'Italie a séduit en première période. La Croatie a réagi après la pause en s'adaptant. Et encore une fois, la Nazionale n'a pas su garder son avantage au tableau d'affichage et pourra nourir des regrets car elle avait le match en mains. Mais les deux formations se sont finalement séparées sur un nul (1-1), presque logique. Avec deux points en deux matches, la Squadra Azzurra sera obligée de l'emporter face à l'Eire pour son dernier match du groupe pour espérer passer en quarts de finale. Mais si les Irlandais sont éliminés, l'Italie sera aussi dépendante du résultat du match Croatie-Espagne. Un 2-2 entre Espagnols et Croates, qui comptent quatre points, qualifieraient ainsi les deux équipes au nombre de buts marqués dans les trois rencontres directes et laisserait l'Italie sur le carreau...

Après son match convaincant face à l'Espagne (1-1), l'Italie a montré un visage encore séduisant contre la sélection aux damiers, que la Nazionale n'a plus battue depuis l'indépendance de la Croatie (1991). Tout du moins en première période. Car après, les Transalpins ont plus subi. Mais pendant les 45 premières minutes, la formation italienne a produit un jeu attrayant, tourné vers l'offensive. L'équipe de Cesare Prandelli a mis le pied sur le ballon, a pu compter sur un Cassano omniprésent sur le front de l'attaque et s'est créée de belles occasions. Mais jusqu'au coup franc parfait d'Andrea Pirlo (1-0, 39e), les Italiens ont manqué de réalisme à l'image de Mario Balotelli (3e, 15e) ou de Claudio Marchisio (36e).

Le réalisme, c'est justement l'une des forces de la Croatie dans cet Euro. Les Croates ont aussi su s'adapter pour rebondir. Dominés pendant la première période, les joueurs de Slaven Bilic ont relevé la tête après la mi-temps. La Croatie a vu Luka Modric - transparent jusque là - jouer plus haut sur le terrain. Au retour des vestiaires, elle a aussi repris la possession du ballon et a écarté le jeu pour mettre à mal la défense italienne, qui a tenu bon jusqu'à un centre d'Ivan Strinic pour Mario Mandžukic. Peu servi dans cette rencontre, le buteur de Wolfsburg ne s'est pas fait prier pour marquer son troisième but de l'Euro (1-1, 72e). Comme au premier match, l'Italie n'aura pas su conserver son avance. Les temps changent et ça ne fait pas vraiment les affaires des Transalpins.