Malouda a trouvé sa place

Voir le site Euro 2012 de football

Malouda a trouvé sa place
Par De notre envoyé spécial à Reims, Maxime DUPUIS|Ecrit pour TF1|2012-06-01T06:11:00.000Z, mis à jour 2012-06-01T18:00:33.000Z

Par ses qualités et son repositionnement au cœur du jeu, Florent Malouda a apporté un plus à l'équipe de France, dimanche et jeudi. Il aura un rôle à jouer à l'Euro.

Quand il a décidé d'emmener Florent Malouda à l'Euro, Laurent Blanc misait avant tout sur l'expérience du joueur, indispensable à un groupe aussi bleu. A la vitesse où vont les choses, le milieu de terrain de Chelsea va finir par devenir incontournable, mais de par son activité par le terrain, tout autant ou plus qu'en raison de son vécu et ses 76 sélections. Jeudi face à la Serbie (2-0) et sur la lancée de son entrée en jeu contre l'Islande (3-2), Florent Malouda s'est illustré dans une position de milieu relayeur gauche qui sied parfaitement à ses qualités et les possibilités physiques d'un joueur qui aura 32 ans le 13 juin prochain. Puissant, précis et infatigable, le Guyanais est désormais en pole position pour occuper un poste qui aurait pu - et dû - être dévolu à un autre.

Retenu malgré un bilan sportif "indéfendable", dixit Laurent Blanc, Florent Malouda n'est pas tellement surpris de se retrouver sur le terrain plutôt qu'assis au bout du banc de touche : "Je pense que le sélectionneur avait déjà un peu ça en tête. Il sait que j'ai cette capacité à m'adapter. L'important est d'avoir de la liberté." De la liberté, le joueur de Chelsea n'en a pas manqué à Reims. Si bien qu'on l'a même retrouvé quelques fois en position d'attaquant de pointe, bien aidé par ses coéquipiers du milieu de terrain qui ont parfaitement coulissé et permuté lorsqu'il s'aventurait dans une zone normalement dévolue à Karim Benzema.

"J'ai mis tout ce que j'avais"

A l'arrivée, un match accompli. Le premier depuis longtemps. Et un but magnifique. Une frappe du gauche à quelque vingt-cinq mètres qui est allée se nicher dans la lucarne : "J'ai mis tout ce que j'avais. C'est mon plus beau but en bleu. Je vais bientôt avoir 32 ans, il était temps de marquer hors de la surface." Et de cohabiter avec Franck Ribéry, son ancien concurrent direct. Que ce soit Raymond Domenech ou Laurent Blanc, mais d'une manière très différente et avec plus ou moins de tact, les deux sélectionneurs ont toujours (ou presque) privilégié le Bavarois quand il s'agissait de mettre quelqu'un dans le couloir gauche. Pendant longtemps, Malouda a fait des concessions "pour la paix des ménages".

Aligné en position de relayeur gauche, avec Domenech notamment, ou milieu offensif droit, sous l'ère Blanc, le couteau-suisse des Bleus a toujours fait le job, sans jamais tricher. Mais Malouda n'a pas toujours été heureux ni mis dans les meilleures conditions possibles. Aujourd'hui, la rancœur est passée. Florent Malouda, que Blanc avait nommé capitaine face à la Biélorussie en septembre 2010 (0-1), démarre une nouvelle vie, qu'il espère radieuse et sur... le pré. "Moi, je suis dans le groupe, je suis venu pour jouer, a-t-il prévenu jeudi. J'ai eu l'occasion de me roder à ce poste-là en club. Ce n'est pas une nouveauté et je n'ai pas eu d'effort à faire pour m'adapter." Ni pour jouer avec Franck Ribéry : "Avec Franck, on se connaît bien et on est complémentaires." Il y en a un qui ne doit pas croire ce qu'il entend.