Mandzukic, Super Mario III

Voir le site Euro 2012 de football

Mandzukic, un troisième Super Mario
Par Victor SAUVAGE (avec A.P.)|Ecrit pour TF1|2012-06-14T22:06:12.000Z, mis à jour 2012-06-15T12:57:12.000Z

Après Gomez et Balotelli, Mario Mandzukic se fait un nom durant l'Euro. Le voici co-meilleur buteur grâce à une redoutable efficacité.

On connaissait déjà Gomez l'Allemand et Balotelli l'Italien, mais tout le monde ne peut pas en dire autant du Croate Mario Mandzukic. Son but égalisateur face à l'Italie (1-1) lui en donne trois au total devenant provisoirement le co-meilleur buteur du tournoi. Quatre tirs. Voici ce qu'il a fallu à l'attaquant de Wolfsburg pour rejoindre Alan Dzagoev et Mario Gomez en tête du classement. Les trois hommes ont d'ailleurs la particularité de partager également le même taux de réussite face au but.

Mais, pour le Croate, marquer face à la Squadra Azzura a une saveur toute particulière. "Gianluigi Buffon est un des meilleurs gardiens du monde, je rêvais de me retrouver face à lui, les yeux dans les yeux, et de lui marquer un but", avoue-t-il avant de préciser : "Je ne suis pas ici pour me montrer, je veux faire gagner l'équipe". Tout avait d'ailleurs parfaitement commencé pour le longiligne attaquant lors du match d'ouverture face à l'Irlande. Il n'a eu besoin que de 180 secondes pour ouvrir son compteur sur un corner. Au retour des vestiaires, toujours de la tête, il avait mis son équipe à l'abri (3-1). Et il était devenu un héros dans son pays. Vecernji List avait fait l'éloge de "Super Mandzo" (son surnom) avec une grande photo du buteur.

Trois buts en quatre tirs

Avec ces trois réalisations, il rejoint déjà Davor Suker au classement des meilleurs buteurs croates à l'Euro. Ce combattant, n'est pas pourtant pas un attaquant typique puisqu'il n'hésite pas à passer sur l'aile (droite principalement) pour créer la confusion. Et surtout, il ne rechigne jamais à défendre, comme il l'a démontré face à l'Italie. Dans un match divertissant, mais où les Croates manquaient d'imagination, il a fallu attendre une erreur de Chiellini, à vingt minutes de la fin, pour que les Croates égalisent. "Ils ont puni notre seule erreur du match", ne peut que constater Buffon. Toujours cette froide efficacité. Quand Balotelli se posait des questions, Mandzukic a frappé deux fois. Deux tirs cadrés dont l'un a fait mouche.

A Poznan, sur un bon service du remuant Strinic, Mandzukic a profité du marquage trop lâche du défenseur transalpin pour contrôler avant d'envoyer sa reprise au fond des filets avec à l'aide du poteau. Le changement de tactique opéré par Slaven Bilic à la pause n'y est pas étranger. "Le passage à la pause du 4-3-2-1 au 4-2-3-1, avec Luka Modric plus avancé, a été décisif", explique Vedran Corluka. Dans ce système, le sélectionneur a "effectué quelques réglages tactiques, en faisant joueur Mario Mandžukić plus en profondeur et en écartant Luka Modrić sur l'aile". Et ça a fonctionné. En l'absence d'Olic, la Croatie s'est trouvé un buteur. L'Espagne est prévenue avant le match décisif qui les opposera lundi soir.