Mexès et Rami, demi-tour impossible

Voir le site Euro 2012 de football

Mexès et Rami, demi-tour impossible
Par William-Alexandre PROUST|Ecrit pour TF1|2012-05-07T14:02:50.000Z, mis à jour 2012-05-09T16:06:39.000Z

Philippe Mexès et Adil Rami sont préparés depuis deux ans à être titulaires en défense centrale à l'Euro. Mais le premier ne joue presque plus et le deuxième est sur les rotules après une saison pleine à Valence. Laurent Blanc clarifiera les choses sur la défense centrale, ce soir sur Eurosport.

L'équipe de France se mettra à l'heure de l'Euro mercredi. A 18 heures, Laurent Blanc dévoilera une première pré-liste, où les noms qui y seront couchés seront ceux des Bleus de l'étranger. Une tendance se dessine : si la Ligue 1 devrait fournir, en plus des gardiens, son lot de milieux défensifs et de latéraux droits, les championnats étrangers vont principalement alimenter le poste de latéral gauche et la charnière centrale. Dans le couloir, Patrice Evra, Jérémy Mathieu ou Gaël Clichy devraient se battre entre eux. Pour les défenseurs centraux, c'est plus compliqué.

Dans le projet qui a été dessiné par Laurent Blanc dès sa prise de fonction, à l'été 2010, Philippe Mexès et Adil Rami sont indiscutables. Le Milanais a pris part à dix matches sous l'ère du "Président", dont le premier en tant que capitaine face à la Norvège (mais en l'absence des mutins de Knysna). Le Valencian en a disputé sept. Mais indiscutable, Philippe Mexès ne l'est plus avec l'AC Milan. Débarqué de l'AS Rome l'été dernier avec une rupture des ligaments croisés dans les bagages, il a néanmoins conservé la confiance de Laurent Blanc. Le joueur le lui a bien rendu, notamment lors du dernier match en Allemagne (1-2), après onze mois d'absence en sélection. Mais à l'heure d'aborder un championnat d'Europe, le sélectionneur tricolore alignera-t-il un joueur qui, en plus de peu jouer, est en perte de confiance ?

Psychologiquement, le défenseur rossonero accuse le coup mais répète à l'envi qu'il ne compte pas partir cet été. Le derby perdu contre l'Inter Milan, dimanche, il l'a pourtant passé sur le banc. Même quand Daniele Bonera s'est blessé à la 23e minute de jeu, Massimiliano Allegri a préféré envoyé au charbon le jeune Mattia de Sciglio, 19 ans. Un désaveu. C'est que Mexès a accumulé les erreurs, au point d'être régulièrement raillé par les supporters lombards. Ces derniers ne lui pardonnent particulièrement pas sa perte de balle qui entraîne le premier but sur penalty de Barcelone en quarts de finale retour de Ligue des champions (3-1).

Rami usé et fatigué

Mexès et Rami, demi-tour impossible

Pour Adil Rami, le problème est inverse. Mais les conséquences sont presque aussi fâcheuses. L'ancien Lillois a la confiance totale d'Unai Emery. Auteur d'une bonne saison, bien qu'un peu nerveux (neuf cartons jaunes, un rouge), il a été titulaire à 33 reprises en championnat. Mais au sortir de trois saisons pleines avec Lille (103 matches de Ligue 1), le niveau exigeant de la Liga a épuisé le défenseur valencien. L'Euro, il va le rallier sur les rotules et traînera sa fatigue comme un boulet pendant les matches couperet de la compétition. "Je suis épuisé physiquement et mentalement", avouait-il le mois dernier dans L'Equipe. L'ancien Lillois assure pourtant qu'il fera tout pour être en forme en Pologne et en Ukraine. "Si je suis sélectionné, il y aura une préparation et le staff n'aura pas d'un mois pour me remettre à cent pour cent", confiait-il sur les ondes de RTL il y a deux semaines.

La fatigue d'Adil Rami et la situation délicate vécue par Philippe Mexès n'incitent pas vraiment à l'optimisme. Mais les deux joueurs n'en restent pas moins complémentaires et ont du charisme dans cette équipe de France. Et ce même si le Lombard est un ancien qui a encore une marge pour devenir un vrai patron tandis que l'ex-Dogue est plus un leader d'enthousiasme. Leur état aura néanmoins pour conséquence de rabattre peut-être les cartes dans les semaines à venir. Mais au profit de qui ? Les solutions de rechange que sont Mamadou Sakho, Younès Kaboul ou peut-être Laurent Koscielny ont une carte à jouer. Si l'on peut être à peu près sûr que le Milanais et le Valencien seront appelés par Laurent Blanc mercredi, ces trois autres défenseurs centraux savent qu'une place sur la liste peut leur ouvrir la perspective de temps de jeu au mois de juin. Si Koscielny et Kaboul sont retenus mercredi, ce sera une mauvaise nouvelle pour Sakho. Longtemps numéro trois dans l'esprit du sélectionneur, son abonnement au banc avec le PSG lui sera peut-être préjudiciable. En Allemagne, Laurent Blanc avait sélectionné trois défenseurs centraux de métiers mais bénéficiait d'un joker en la personne d'Éric Abidal, capable de coulisser de la gauche vers le centre. Ce modèle, le sélectionneur ne pourra pas le reproduire.

Les probables : MEXES (AC Milan), RAMI (FC Valence)
Les possibles : KOSCIELNY (Arsenal), KABOUL (Tottenham)
La grosse cote : VARANE (Real Madrid).
En attente du 15 mai : Mamadou SAKHO (Paris-SG)
Indisponible : Eric ABIDAL (FC Barcelone)

SUIVEZ EN DIRECT LA REVELATION DE LA LISTE DE LAURENT BLANC A PARTIR DE 17h30 SUR EUROSPORT, EUROSPORT PLAYER et EUROSPORT.FR

Mexès et Rami, demi-tour impossible