Nasri peut mieux faire

Voir le site Euro 2012 de football

Nasri peut mieux faire
Par De notre envoyé spécial à Donetsk, Maxime DUPUIS|Ecrit pour TF1|2012-06-08T15:22:47.000Z, mis à jour 2012-06-09T16:04:25.000Z

Samir Nasri, titulaire à droite de l'attaque française, n'est pas encore parvenu à se hisser au niveau de Franck Ribéry et de Karim Benzema. Avant France - Angleterre (lundi à 18 heures), Laurent Blanc n'est pas inquiet pour autant.

On rêve d'un trio. On se contente pour le moment d'un duo. Alors que l'Angleterre se profile à l'horizon, l'attaque de l'équipe de France est en ordre de marche apparent, avec Franck Ribéry et Karim Benzema qui ont d'ores et déjà marqué leur territoire et laissé entrevoir les plus belles promesses. Le tableau sera idyllique quand Samir Nasri se sera mis au diapason et aura trouvé la juste mesure, sur un côté droit qu'il occupe depuis le match face à la Serbie (2-0) et qui semble parti pour être le sien en Ukraine. C'est en tout cas le souhait de Laurent Blanc.

Quand il est arrivé en équipe de France il y a déjà quelques années (ndlr : mars 2007 face à l'Autriche), Samir Nasri avait le profil du numéro 10 idoine pour les Bleus. Le temps, les événements et la carrière du principal intéressé en ont décidé autrement. "Ces quatre dernières années, j'ai uniquement joué côté droit ou côté gauche. Mais je peux jouer partout, je suis ouvert à toutes les propositions pour jouer. J'ai des repères en 4-3-3, 4-2-3-1 et 4-4-2, je jouerai là où le sélectionneur me demandera de jouer." Depuis 2010 et sa prise de fonction, Laurent Blanc a quasiment tout essayé avec le Mancunien, qui s'est baladé sur le terrain au gré des sollicitations et des besoins de l'équipe nationale. Jusqu'à ce que le sélectionneur des Bleus le "fixe" à droite, le 31 mai dernier face à la Serbie puis contre l'Estonie. Pour un bilan que l'on qualifiera de mitigé.

Nasri "n'a pas les mêmes qualités" que Ribéry

Lors de la préparation, Samir Nasri (31 sélections) n'a pas réussi à prendre la roue de Ribéry et de Benzema. Le Mancunien porte trop le ballon quand ses partenaires le lâchent plus promptement. Il lui a également été reproché de trop repiquer dans l'axe ou de ne pas assez percuter. Ce que Laurent Blanc ne nie pas. Mais ne regrette pas non plus. "Quand j'entends que Samir ne percute pas comme Franck... Il n'a pas les mêmes qualités. Je ne veux pas tout dévoiler mais on lui demande peut-être d'être dans l'axe. Ne vous inquiétez pas...", a-t-il lancé mercredi matin. Tout en reconnaissant que le joueur, "en progrès" pouvait "faire beaucoup mieux".

Progresser, cela demande un effort physique, technique et... mental. Et ça, Samir Nasri y est prêt. Arrivé à Manchester City l'été dernier, sacré champion d'Angleterre au printemps, l'international français n'a pas vécu une saison totalement rose pour autant. Compte tenu de l'effectif surchargé des Citizens et de prestations parfois décevantes, Samir Nasri a passé un peu de temps sur le banc. Mais a toujours fini par repartir. "Quand on côtoie le haut niveau dans un grand club, il faut aller chercher les choses, les provoquer", explique-t-il. "A un moment, j'ai eu des problèmes personnels à régler, je n'étais pas forcément investi à 100%, et ça sert à rien de s'apitoyer sur son sort, il faut bosser. La meilleure des réponses c'est sur le terrain. C'est ce que j'ai fait en cette fin de saison, j'ai apporté ce qu'on m'a demandé." Garçon, la même chose en bleu.