"Ils nous ont marché dessus"

Voir le site Euro 2012 de football

'Ils nous ont marché dessus'
Par Maxime DUPUIS (Envoyé spécial à Kiev)|Ecrit pour TF1|2012-06-19T23:10:51.000Z, mis à jour 2012-06-20T19:35:16.000Z

Satisfaits d'être qualifiés pour les quarts, les Bleus le sont beaucoup moins d'avoir perdu face à la Suède (0-2). Ils ont pris un gros coup sur la tête.

"Magnifique, on est en quarts de finale." Relégué sur le banc des remplaçants, Patrice Evra n'avait pas tellement envie de parler mardi lorsqu'il a quitté le stade Olympique de Kiev. Il a quand même lâché ces quelques mots à la cantonade. Avec ironie et un sourire un peu pincé. Comme ses partenaires de l'équipe de France, le latéral gauche de Manchester United a passé une soirée particulière. Sortir d'un terrain la tête basse mais qualifié reste une sensation déplaisante. D'autant plus que, compte tenu de leur trajectoire ascendante, les Tricolores imaginaient autre chose de leur crochet par Kiev. Après avoir commencé à déguster sur le terrain, la soupe à la grimace sera peut-être au menu alors qu'ils doivent retrouver leurs femmes, venues exprès pour le match. La digestion s'annonce difficile.

Karim Benzema, qui n'a pas encore marqué et évolue toujours aussi loin du but adverse, s'est montré plus efficace avec les journalistes en zone mixte. Déçu mais bavard, le Madrilène a reconnu qu'il était passé à côté avec les copains. "On est content de la qualification mais ce soir on a fait un non-match. Il ne faut pas se voiler la face : on n'a pas été bons individuellement. Il n'y avait pas de vitesse, pas d'espace mais on peut se consoler avec la qualification." La qualification, essentielle et vitale, est bien la seule chose positive d'une chaude soirée ukrainienne où rien n'a rigolé. Et dont la trame a échappé à beaucoup d'acteurs, encore groggy après la douche.

Des tensions dans le vestiaire

"Il ne faut pas se chercher d'excuses, ni la chaleur, ni la fatigue. Ils nous ont marché dessus", a lancé Samir Nasri. Alou Diarra, lui, reste plus circonspect. "On va chercher les explications car on n'a pas le droit de montrer un visage comme ça, enrage le milieu tricolore. On a peut-être fait preuve d'un peu trop de décontraction. Mais l'objectif a été atteint. On est en quarts de finale et ça faisait quelques compétitions qu'on n'avait pas réussi ça. Désormais, il faut récupérer."

Et calmer les petites tensions qui sont apparues dans le vestiaire : "On est habitués à obtenir de bons résultats, alors quand ils sont mauvais il y a de la frustration et de la déception, c’est compréhensible, juge Laurent Blanc. Il va falloir retourner au calme à Donetsk. On ne s’attendait pas à livrer un tel match, il y avait de la tension chez les joueurs et le staff, cela fait partie de la vie d’un vestiaire." "Maintenant, il faut essayer de se dire les choses plus à froid, pense Olivier Giroud. En étant un peu plus réfléchi parce que on dit souvent des bêtises quand on dit les choses à chaud." Ou que l'on perd des matches de cette manière-là.