Dans l'actualité récente

Les Oranje loin du but

Voir le site Euro 2012 de football

Les Pays-Bas tombent de haut
Par Damien DORSO|Ecrit pour TF1|2012-06-09T22:16:51.000Z, mis à jour 2012-06-10T08:03:12.000Z

A l'image de van Persie, les Pays-Bas n'ont pas su exploiter leur potentiel offensif face aux Danois (0-1). Collectivement déséquilibrés, trop pressés et peu précis dans leurs frappes, les joueurs de van Marwijk ont affiché une déconcertante stérilité. Dos au mur, ils doivent trouver des solutions.

Les Oranje déchantent déjà. Après une campagne de qualification plus que convaincante, ils ne visaient rien d'autre que le sacre européen. Dès leur premier match dans la compétition, ils ont pourtant été surpris et ramenés à la réalité par une efficace sélection du Danemark (0-1). Dans un groupe B ultra-relevé avec l'Allemagne et le Portugal, l'équipe néerlandaise avait l'occasion de peaufiner ses réglages face à une formation abordable qui ne l'avait plus battu depuis 45 ans. Au lieu de cela, elle s'est subitement laissé gagner par le doute. Les joueurs de van Marwijk ont perdu beaucoup de leurs certitudes et surtout n'ont plus le droit à l'erreur. " La suite ? On verra. Je suis trop déçu", pestait le capitaine Mark van Bommel avant de vite rependre confiance en se référant à l'histoire. En 1988, quand les Pays-Bas étaient devenus champions d'Europe, l'équipe d'alors avait aussi perdu son premier match."

Pour espérer empocher leurs premiers points puis poursuivre leur route dans ce championnat d'Europe, les Pays-Bas devront avant tout corriger l'incroyable manque de réalisme offensif constaté face aux Danois (5 tirs cadrés sur 32 tentés). Attrayant mais manquant clairement de complicité, le système offensif des Oranje n'a pas permis de trouver la faille face à une défense scandinave rigoureuse et vigilante (100% de tacles réussis). Huntelaar a débuté sur le banc et la meilleure attaque des éliminatoires (37 buts), privée de son joueur le plus prolifique (12 réalisations), est apparue sans réels repères collectifs."Je ne sais pas combien d'occasions nous avons eues. Trois, quatre ou cinq vraies opportunités par période, je crois. A ce niveau-là, on ne pouvait pas faire beaucoup plus", regrettait van Bommel, coupable sur le but danois et globalement décevant.

Sneijder : "Les attaquants auraient dû marquer"

Les Néerlandais ont tout misé sur le tranchant de leurs attaquants lors ce premier match de poule et se sont trop souvent précipités dans la construction de leurs offensives. Arjen Robben est tombé dans ses travers et a régulièrement joué tête baissée sur le côté droit. Ibrahim Afellay, de son côté, s'est montré trop tendre. Quant à Wesley Sneijder, il s'est révélé incapable de trouver le bon positionnement entre l'aile gauche et l'axe et n'a que trop rarement endossé le rôle de meneur de jeu lucide. Mais, pour le joueur de l'Inter, les coupables sont ailleurs. "Nous avons manqué de netteté et de tranchant dans le dernier geste. Les attaquants voulaient vraiment marquer: ils auraient dû le faire. Nous avons eu suffisamment d'occasions pour ça, a-t-il asséné. Je suis chargé de leur fournir de bons ballons: je pense que je l'ai fait. Il fallait marquer". La frustration entraînerait-elle de nouvelles dissensions chez les Oranje ?

Symbole de cette impuissance néerlandaise, Robin Van Persie n'a pas répondu présent sur la pelouse de Kharkiv. Intenable tout au long de la saison avec Arsenal, RVP avait pourtant su gagner la confiance de son sélectionneur qui n'avait pas hésité à sacrifier Klaas-Jan Huntelaar sur le banc. Mais, à l'image de ses équipiers (notamment Robben et son tir sur le poteau à la 36e), le meilleur buteur de Premier League (30 buts avec Arsenal) a fait preuve d'une rare maladresse comme sur cette glissade dans la surface adverse après un excellent service de Sneijder (50e). Au total, il a gâché cinq vraies opportunités de tromper Stephan Andersen. Après avoir manqué sa dernière Coupe du monde (un but en sept matches à la pointe de l'attaque de l'équipe finaliste), van Persie est-il parti sur les mêmes bases ? Préféré à Huntelaar alors que l'opinion publique néerlandaise réclame la présence dans le onze du meilleur buteur de la Bundesliga, s'est-il à nouveau mis trop de pression ?

Huntelaar à la place de van Persie ?

"Plusieurs joueurs ont eu quatre, cinq ou six occasions. Il n'y a pas que Robin qui a failli au niveau du réalisme", tempérait van Marwijk. A lui désormais de trouver des solutions. Et, pour le moment, le sélectionneur batave est loin d'avoir trouvé la bonne formule. Constatant le manque d'efficacité de ses attaquants, le sélectionneur n'a pas hésité à solliciter toutes ses armes offensives. Remplaçant uniquement Afellay, il a lancé Huntelaar et van der Vaart (73e) puis Kuyt (85e) pour finir avec une équipe résolument portée vers l'avant mais aucun de ces changements n'a apporté l'équilibre recherché. Celui qui avait amené les Oranje en finale de la dernière Coupe du monde devra se montrer plus lucide dans ces choix au moment de défier l'Allemagne. Et si Huntelaar prenait la place de van Persie dans un match face à des Allemands que le joueur de Schalke 04 connaît forcément très bien ?

Les Oranje loin du but