La Pologne face à son destin

Voir le site Euro 2012 de football

La Pologne face à son destin
Par Cédric GRANEL|Ecrit pour TF1|2012-06-15T09:37:55.000Z, mis à jour 2012-06-16T20:55:06.000Z

Les Polonais n'ont plus le choix. Ils doivent impérativement battre les Tchèques ce samedi s'ils veulent se qualifier pour les quarts de finale de l'Euro.

ENJEU :

Après deux résultats nuls 1-1 face à la Grèce puis la Russie, la Pologne monte en puissance. Elle entend concrétiser ses efforts en s'imposant contre la République tchèque. Une victoire, ce qui serait une première dans l'histoire de l'Euro pour ce pays, offrirait aux co-organisateurs une place en quart de finale de la compétition. L'objectif avoué avant le début de l'épreuve. Mais la tâche s'annonce ardue. Car Petr Cech et ses partenaires se sont relancés contre la Grèce (4-1). Ils peuvent par conséquent, eux aussi, rêver de sortir de cette poule A, la plus ouverte de l'Euro. Pour cela, Michel Bilek et ses joueurs ne viseront qu'un succès pour poursuivre, à coup sûr, l'aventure sans avoir à se soucier du sort de l'autre match, Grèce - Russie, qui se déroule au même moment. Ce République tchèque - Pologne prend donc des allures de véritable huitième de finale.

LES CHIFFRES CLEFS :

0. Comme le nombre de matches nuls entre ces deux formations. La République tchèque et la Pologne se sont rencontrées 5 fois, pour un bilan de 3 victoires à 2 pour les Polonais.

0. Comme le nombre de tirs de Milan Baros en 149 minutes de jeu à l’EURO 2012. Il n’a touché que 2 ballons dans la surface adverse dans le même temps.

5. Cech a encaissé 5 buts sur 6 tirs cadrés subis à l’EURO 2012. Seul Peter Schmeichel (20) a encaissé plus de buts que Petr Cech (15) en phase finale de l’EURO.

14. Aucun des 14 derniers matches de la République tchèque en phase finale de l’EURO ne s’est soldé par un nul (7 victoires, 7 défaites). Son dernier score de parité remonte au 26 juin 1996 en demi-finales face à la France.

LES ÉQUIPES PROBABLES :

Confronté à de nombreuses incertitudes liées aux pépins physiques de Polanski (genou), Perquis (tibia) et Dudka (abdominaux), le sélectionneur polonais Franciszek Smuda pourrait être contraint de revoir ses plans. La principale inquiétude pèse en réalité sur le milieu de terrain auxerrois. L'autre grosse incertitude repose sur le choix du gardien de but. Szczesny, de retour de suspension, retrouvera-t-il son poste ? Ou le remplaçant Tyton, qui s'est montré à son avantage, sera-t-il confirmé ? Côté tchèque, bien que touché à l'épaule, Petr Cech devrait pouvoir rester le dernier rempart de l'équipe. En revanche, un doute subsiste sur la participation de Tomas Rosicky qui souffre d'une distorsion du tendon d'Achille. Kolar tiendrait alors la corde pour le remplacer si besoin.

La Pologne face à son destin