Dans l'actualité récente

La Pologne tient tête à la Russie

Voir le site Euro 2012 de football

La Pologne tient tête à la Russie
Par Glenn CEILLIER|Ecrit pour TF1|2012-06-12T20:21:27.000Z, mis à jour 2012-06-13T10:30:13.000Z

La Pologne a conservé toutes ses chances de qualifications pour les quarts de finale en tenant la Russie en échec (1-1) dans le groupe A. Les Polonais seront cependant condamnés à la victoire face aux Tchèques, tandis que les Russes n'auront pas le droit à la défaite face aux Grecs.

La Pologne et la Russie n'ont pas réussi à se départager (1-1). Mais ils ont offert un beau spectacle dans un match ouvert où les deux formations n'ont pas refusé le jeu et n'ont pas compté leurs efforts. Après son nul face à Grèce (1-1), l'équipe polonaise a remis ça contre les Russes, confirmant qu'il faudrait compter sur elle pour son Euro. Avec deux points au compteur, elle reste en vie et devra gagner face à la République tchèque pour passer en quarts. Avec quatre points, la Russie, toujours aussi séduisante, pourra, elle, se contenter d'un nul contre la Grèce pour continuer son aventure mais elle est toujours en danger.

Après sa démonstration face à la République tchèque (4-1), la Russie avait pourtant fait le plus dur. En s'appuyant sur leur technique, leur jeu fait de passes courtes et leur vivacité, les Russes ont dominé les débats et ont fait l'étalage de leur jeu offensif attrayant. Ils ont finalement trouvé l'ouverture du score sur un coup de pied excentré de leur maitre à jouer Andrei Arshavin, repris parfaitement par Alan Dzagoev, qui a marqué son troisième but de la compétition (1-0, 37e). Mais les Polonais n'ont jamais abdiqué et ont surpris les Russes.

Poussés par leur public, pleins d'abnégation, les coéquipiers de Ludovic Obraniak, qui ont longtemps buté sur un excellent Vyacheslav Malafeev dans le but russe, ont repris la seconde mi-temps pied au plancher. Et ont peut-être profité d'un petit relâchement russe. C'est finalement le capitaine polonais Jakub Blaszczykowski qui a égalisé d'une superbe frappe du gauche à la 57e minute après une belle contre-attaque (1-1). Les Russes, tournés vers l'offensive, pourront regretter de ne pas avoir su gérer leur avance. Mais on ne va pas leur reprocher de vouloir jouer. Surtout qu'ils ont toujours leur destin en mains.