Le puzzle se met en place

Voir le site Euro 2012 de football

Le puzzle se met en place
Par De notre envoyé spécial au Touquet, Maxime DUPUIS|Ecrit pour TF1|2012-05-31T13:30:24.000Z, mis à jour 2012-05-31T18:05:23.000Z

Quatre jours après l'Islande, la France défie la Serbie à Reims. Objectif du match : Faire un nouveau pas en avant vers l'Angleterre.

Dire que Laurent Blanc a été surpris serait un peu fort de café. Quand le sélectionneur est entré dans la salle du Palais des Congrés où se sont déroulés tous les points presse organisés cette semaine, il savait bien que les débats tourneraient principalement autour des deux Bleus qui ont quitté le groupe, mardi. Ce fut le cas. Yoann Gourcuff, surtout, et Yanga M'Biwa ont eu droit de cité. Et la Serbie dans tout ça ? Pas grand chose. D'un autre côté, Laurent Blanc n'avait pas beaucoup à dire sur le deuxième adversaire des Bleus sur la route de l'Euro (8 juin - 1er juillet). Mais beaucoup plus sur son équipe qui poursuit sa mise en place et sa montée en puissance.

Jouer la Serbie, 32e nation au classement FIFA, est l'occasion de faire un pas de plus vers le premier match de l'Euro face à l'Angleterre et de peaufiner une équipe qui doit apprendre sur le tas, dans une forme d'urgence alors que le groupe bleu, au complet, n'a qu'une semaine de vie commune derrière lui. C'est peu mais Blanc, comme les autres sélectionneurs, fait avec et tente de prendre de la hauteur en se projetant vers le rendez-vous qui compte. Depuis le début de l'aventure, le plan est clair : "On se prépare pour le match du 11 juin, on ne travaille pas seulement pour la Serbie ou l'Islande ou l'Estonie. J'ai regardé le match de la Serbie contre l'Espagne. Mais on va s'attarder sur notre propre jeu".

Avant la répétition générale face aux Estoniens, cette deuxième étape vers l'Euro 2012 doit permettre aux Bleus de peaufiner certains réglages, tout en offrant la possibilité (indispensable) de continuer à jongler avec les temps de jeu et les besoins de chacun. Le premier match, dimanche face à l'Islande (3-2), avait été disputé par les "étrangers" arrivés à Clairefontaine une semaine avant le reste de la troupe, plus quelques joueurs de L1 en manque d'activité. "On a préparé l'Islande dans la précipitation. On voulait être logique en fonction de l'entraînement et non de l'Angleterre", expliquait Blanc dimanche soir, conscient que son équipe n'était pas prête.

Si certains joueurs vont être titularisés jeudi à Reims pour laisser souffler les autres, à l'image de Koscielny en lieu et place de Rami, Laurent Blanc retrouve Hugo Lloris et Yann M'Vila, qui seront alignés devant ou derrière Philippe Mexès et Karim Benzema. Lloris, Mexès, M'Vila, Benzema : voilà qui ressemble à une colonne vertébrale. Ajoutez-y quelques vertèbres essentielles, telles que Franck Ribéry, Samir Nasri ou encore Yohan Cabaye, eux aussi attendus à Reims au coup de sifflet initial et vous avez (déjà) un petit aperçu de ce que pourrait être l'équipe de France face aux Anglais le 11 juin.

Le puzzle se met en place