Ramos-Piqué, le mariage de raison

Voir le site Euro 2012 de football

Ramos-Piqué, le mariage de raison
Par Martin MOSNIER|Ecrit pour TF1|2012-06-09T14:25:55.000Z, mis à jour 2012-06-10T15:12:33.000Z

Ramos, le Madrilène, et Pique, le Barcelonais, vont devoir cohabiter dans l'axe de la défense espagnole et faire fi de leurs différends.

Sans son capitaine, un champion en titre n'a pas toujours la même allure. L'Espagne a du talent plein les pattes, des joueurs de classe mondiale à tous les postes mais elle est orpheline de son chef de meute. Carles Puyol, opéré du genou, ne sera pas de l'aventure en ce mois de juin. "C'est une absence douloureuse pour nous tous. Il ne donne pas seulement confiance à la défense mais aussi aux attaquant", a reconnu l'arrière latéral Alvaro Arbeloa, cette semaine. En son absence, c'est une paire Ramos-Piqué qui tiendra l'axe espagnol.

Ramos-Piqué, le mariage de raison

Un duo qui, sur le papier, présente des garanties irréfutables. Mais les deux hommes ont rarement évolué ensemble dans l'axe et la presse espagnole prête au Madrilène et au Barcelonais des relations glaciales. Les deux hommes seraient irréconciliables en raison de la rivalité de leurs deux clubs, eux qui n'ont cessé de jeter de l'huile sur le feu lors des derniers clasico.

"Bien sûr, Puyol me manque"

Interrogé sur cette possible inimitié entre ses deux défenseurs centraux, le sélectionneur Del Bosque, fidèle à ses habitudes, avait récemment dégonflé la polémique. Sans pour autant la démentir : "Ce sont deux jeunes hommes avec leurs différends mais qui ont un très bon fond et je suis certain qu'ils n'auront aucun problème entre eux", avait tenté d'apaiser Del Bosque. Ramos a démenti tout aussi mollement dans les colonnes de Marca : "C'est vrai que nous avons défendu avec force nos clubs cette saison mais nous ne nous détestons pas pour autant", a expliqué l'Andalou.

Piqué de son côté a sorti la lance à incendie ce vendredi en conférence de presse. Pas question de démarrer la compétition avec des on-dit et des sous-entendus quitte à en faire des tonnes. Histoire de ne pas mettre en péril le projet collectif : "Je crois que, parfois, on sort un peu les choses de leur contexte et qu'on les exagère", a tenté de rectifier le défenseur central de la Roja. "ll y a eu un moment, dans les affrontements entre le Barça-Real, où la tension entre les deux équipes a été très forte, ce qui a pu faire penser que nos relations s'étaient détériorées, mais ce n'est pas vrai. Je suis très fier de faire partie de cette équipe et de jouer aux côtés de Sergio".

A en croire Piqué, il n'y aurait pas non plus d'incompatibilité majeure entre les deux hommes sur le plan du jeu : "Bien sûr que Puyol me manque. Il est presque comme un frère pour moi. Et avec Ramos, nous nous connaissons moins qu'avec Puyoi que je pourrais trouver les yeux fermés. Mais je me sens à l'aise avec Sergio, de même qu'avec Albiol ou Javi Martinez", a ajouté Piqué qui sort d'une saison ratée avec les Blaugrana et n'affiche plus les mêmes garanties qu'en 2012. Autant la saison de Sergio Ramos a été brillante, l'ancien latéral droit ayant explosé dans l'axe du Real Madrid, autant celle de Piqué a laissé à désirer. Et Raul Albiol est une alternative plus que crédible dans l'axe. L'Espagne ne doublera pas la mise à l'Euro sans une charnière stable et irréprochable. Del Bosque est, pour le moment, encore en rodage sur ce qui peut être considéré comme le point faible de sa sélection. L’ombre de Puyol plane toujours au-dessus du onze ibérique.

Ramos-Piqué, le mariage de raison