Le règlement absurde qui va retarder Ribéry

Voir le site Euro 2012 de football

Le règlement absurde qui va retarder Ribéry
Par Cédric ROUQUETTE, à Clairefontaine|Ecrit pour TF1|2012-05-18T15:54:11.000Z, mis à jour 2012-05-19T13:20:09.000Z

Laurent Blanc critique la règle qui permet aux clubs de conserver les joueurs même pour des matches amicaux pendant la préparation de l'Euro.

Laurent Blanc va mettre huit jours à rassembler les joueurs qu'il a retenus pour préparer l'Euro. Il n'aura toutes ses troupes qu'à 72 ou 96 heures de la date limite fixée par l'UEFA pour fournir la liste définitive des vingt-trois. Le dernier arrivé sera Franck Ribéry, et la finale de la Ligue des champions n'aura rien à voir là-dedans. "Tous les joueurs ne seront là que le jeudi 24, et encore... Je peux vous annoncer qu'il manquera Franck Ribéry, a annoncé le sélectionneur vendredi après avoir rassemblé neuf joueurs (Rami, Mexès, Evra, Clichy, Kosceilny, Nasri, Cabaye, Ben Arfa, Remy). L'équipe du Bayern a conclu un match amical avec les Pays-Bas le 22 mai à l'Allianz Arena. Voilà. Super."

Ribéry n'est pas attendu auprès des Bleus avant le 25 ou le 26 mai, c'est-à-dire la veille du premier match amical de la préparation. Blanc pourrait le faire venir le 23, mais il préfère offrir un peu de décompression au joueur du Bayern. "Si je veux être réglo avec tout le monde, alors que j'ai dit que j'allais essayer de donner trois ou quatre jours après le dernier match officiel, s'il joue le 22, il nous rejoindra le 25 ou le 26, mais j'y réfléchis encore." Blanc n'est pas isolé avec ce type de problème. Le sélectionneur espagnol Vicente Del Bosque a essayé de déplacer la date de la finale de la Copa Del Rey, programmée le 25, qui va le priver de tous les joueurs du Barça notamment. Blanc, lui, n'a pas cherché à obtenir un tel régime de faveur. Le 25 mai, c'est la date jusqu'à laquelle les clubs ont le droit de conserver les joueurs, même si les compétitions sont terminées.

"La préparation n'est pas en phase avec une telle compétition"

"On ne peut pas négocier, c'est le droit des clubs, déplore le sélectionneur. Il y a eu de beaux discours, il fallait que l'Euro soit préparé de la meilleure façon possible, qu'il y ait du spectacle, que les équipes et les entraîneurs pensent à l'offensive... Mais ils ont oublié le principal : le principal c'est que pour avoir tout ça, il faut que les joueurs soient en bonne forme à l'Euro. Or la préparation n'est pas en phase avec une telle compétition. La FIFA et l'UEFA auraient pu dire que trois jours après le dernier match de championnat, les internationaux devaient être à disposition, le problème aurait été réglé. C'est comme ça. On ne va pas perdre de l'énergie avec ça." Les instances internationales ne sont pas les seules responsables. "La France n'a pas pris spécialement d'avantage en terme de préparation en terminant une semaine plus tard que les autres" a-t-il rappelé.

Sur un autre sujet, le sélectionneur des Bleus s'est refusé à demander aux clubs de L1 qui possèdent des joueurs suspendus de les laisser à la disposition de l'équipe de France. Cela concerne notamment le Lillois Debuchy, le Parisien Ménez ou le Lyonnais Gourcuff. "Non, je n'ai pas appelé personne. Le seul qui devait être là et qui est là, c'est Loïc (Remy, victime d'une blessure au quadriceps). Pour les autres, on peut considérer que c'est une 'bonne chose' pour leur récupération personnelle, mais Yoann (Gourcuff), lui, a besoin de jouer. On s'est rapproché du staff de Lyon et on a expliqué qu'étant suspendu, il pourrait bénéficier de deux, trois, quatre jours de détente cette semaine et de se remettre sérieusement au travail. Il a compris où était son intérêt." Face à la réduction des délais, Laurent Blanc a déjà reconnu qu'il n'avait pas planifié de vraie préparation physique digne de ce nom pour l'Euro, travaillant sur une remise à niveau purement individuelle, en fonction des besoins des joueurs.