La Roja face à un mur

Voir le site Euro 2012 de football

La Roja s'est heurtée à un mur
Par G. Ba.|Ecrit pour TF1|2012-06-10T17:38:39.000Z, mis à jour 2012-06-10T21:28:15.000Z

L'analyse statistique d'Espagne-Italie (1-1) indique combien la domination ibérique fut nette... et stérile.

Avoir la possession du ballon, donner le tournis à son adversaire : ça, l'Espagne sait faire. Elle l'a à nouveau démontré dimanche, à Gdansk. Face à l'Italie, les champions d'Europe et du monde en titre ont monopolisé le cuir dans des proportions barcelonaises. Si sa possession dépasse les 65% sur l'ensemble de la rencontre, c'est qu'elle s'est accentuée dans la dernière demi-heure, après le l'ouverture du score d'Antonio di Natale. Une fois menée, la Roja s'est décidée à prendre les choses en mains. Son jeu de passes a vite semé le trouble dans la défense italienne. Encore plus quand Cesc Fabregas, magnifiquement servi par David Silva, a égalisé. L'Espagne a ensuite appuyé sur l'accélérateur. Mais elle s'est heurtée à un mur... et à sa propre maladresse. Les statistiques trahissent la solidité affichée par la Squadra Azzurra. Elles en disent aussi beaucoup sur les carences offensives d'une Seleccion certes joueuse, mais pas assez tueuse dans l'âme. La rentrée de Fernando Torres ne les a certainement pas gommées.

La Roja s'est heurtée à un mur