Rooney sort de sa cage

Voir le site Euro 2012 de football

Rooney sort de sa cage
Par Gil BAUDU|Ecrit pour TF1|2012-06-18T14:04:38.000Z, mis à jour 2012-06-19T18:40:21.000Z

Suspendu lors des deux premiers matches, Wayne Rooney sera de retour face à l'Ukraine. Toute l'Angleterre l'attend au tournant.

Son "come-back" tombe à pic. L'Angleterre récupère Wayne Rooney au meilleur moment. A l'heure d'entrer dans le vif du sujet. En l'absence de son attaquant number one (28 buts en 74 sélections), l'Angleterre a limité la casse. Mieux que ça, la sélection aux Trois Lions a glané quatre points, face à la France (1-1) et la Suède (3-2). Les quarts de finale de l'Euro 2012 lui tendent les bras. Il lui reste à finir le job mardi soir (20h45), face à l'Ukraine. Et cette fois, Rooney sera de la partie. Une aubaine ? Of course, assure Roy Hodgson. "Wayne est un joueur de qualité. Je dirais même, de classe mondiale, souligne le sélectionneur anglais. Avoir des joueurs de sa trempe quand vous êtes sélectionneur, c'est une chance."

Une "chance" de nature à redistribuer les cartes. Contre l'Ukraine, Rooney évoluera, sauf coup de théâtre, en soutien de Danny Welbeck, son coéquipier mancunien. Comme face à la Suède, Ashley Young devrait donc déserter l'axe pour s'exiler sur le flanc gauche, "sa position naturelle", dixit Hodgson. Associés vendredi dernier, Danny Welbeck et Andy Carroll ont pourtant marqué des points en l'absence de Rooney. Si bien qu'outre-Manche, la presse verrait d'un bon oeil que le duo soit reconduit. "Ça devient un choix très difficile, car les deux ont si bien joué tant en matches amicaux que lors de ce tournoi, a admis Hodgson lundi. Donc, ils me donnent le mal de tête classique de tout sélectionneur, mais c'est un mal de tête que nous voulons tous avoir. Car, il s'agit de joueurs en forme, qui jouent bien et qui sont en compétition pour un poste. Mais j'ai été clair, Wayne Rooney débutera."

Hodgson : "Comme un lion en cage"

Mais est-il si indispensable qu'on le prétend ? La question paraît osée, hors propos. Pas tant que ça. D'abord parce que statistiquement, l'Angleterre gagne plus souvent sans Rooney (68,5% de victoires) qu'avec lui (60,8%). Autres éléments à charge : depuis qu'il s'est révélé aux yeux du Vieux-Continent, lors de l'Euro 2004, Rooney n'a plus marqué lors d'une compétition internationale. Le Mondial 2010, il l'a traversé comme un fantôme. Ensuite ? Il n'a inscrit que trois buts en sélection. Et depuis que la Premier League a baissé le rideau, il y a un mois, l'ancien joueur d'Everton n'a que quarante minutes de jeu dans les jambes. "Mais, coupe Hodgson, Rooney est un joueur très spécial et ce serait très dur de m'en passer. Avec lui, nous serons plus difficiles à battre. Il a été excellent à l'entraînement et il a l'air vraiment en forme." "Impatient de retrouver le terrain", l'intéressé se dit "prêt", parce qu'il a "pris part à toutes les séances avec ses coéquipiers". Tout en s'efforçant de "ne pas se mettre la pression". "Je ne vais pas gagner l’Euro tout seul", insistait-il dimanche, en conférence de presse.

Si le retour de Rooney ne "change pas drastiquement les ambitions" du clan anglais, dixit Hodgson, sa simple présence sur le pré change quand même beaucoup de choses. "Cela enlèvera de la pression sur les épaules de nos défenseurs parce que nous savons qu'il peut changer le cours d'un match d'un seul coup de pied." Andy Carroll fera probablement les frais de son retour. Et pourtant, même lui le reconnaît : "Wayne est un joueur fantastique. Nous avons besoin de lui." "Je suis sûr que Wayne va avoir sa chance, reprend Theo Walcott. Il va vouloir rattraper le temps perdu, il va vouloir faire ça pour tous les gars." Hodgson résume : "Il est comme un lion en cage." Et il a une faim de loup.

Rooney, opération rédemption