Sagna, le coup dur

Voir le site Euro 2012 de football

Sagna, le coup dur
Par M.D.|Ecrit pour TF1|2012-05-05T14:47:28.000Z, mis à jour 2012-05-06T08:10:43.000Z

Sorti à la 33e minute du match face à Norwich samedi (3-3), Bacary Sagna souffre d'une fracture du péroné droit, le même qu'il s'était déjà brisé en octobre dernier. Le défenseur d'Arsenal manquera le Championnat d'Europe des Nations.

A quelques encablures de la divulgation de la première de ses deux pré-listes pour l'Euro, Laurent Blanc vient de perdre l'un de ses soldats en la personne de Bacary Sagna. L'arrière latéral droit d'Arsenal a été victime d'une fracture du péroné droit au cours du match de Premier League que les Gunners disputaient face à Norwich (3-3). Une action anodine aux conséquences terribles. Le diagnostic est tombé moins de deux heures après le coup de sifflet final. Fin de saison pour l'ancien Auxerrois, qui ne disputera pas le Championnat d'Europe des Nations avec l'équipe de France.

Sagna, le coup dur

"Il a pris un coup. Il ne s'est pas blessé tout seul, a confié Arsène Wenger après la partie. Un joueur lui a marché dessus. Je ne sais pas si c'était volontaire ou non." L'exercice 2011/2012 aura été cruel pour Bacary Sagna (32 sélections), déjà victime d'une même blessure au mois d'octobre 2011, victime d'une charge de Benoît Assou-Ekotto (Tottenham). Le Français d'Arsenal était revenu courant janvier et retrouvait son niveau au fil de ses sorties. Le voici de nouveau arrêté pour quelques mois.

Qui pour le suppléer ?

Mercredi, Laurent Blanc annoncera donc une liste sans lui. Qui pour le suppléer ? Dans le groupe des "Français de l'étranger", sans doute personne. Pour avoir la réponse, il faudra probablement patienter une semaine de plus avec la divulgation de la deuxième partie de la liste. Parmi les internationaux de Ligue 1, on retrouvera - sauf cataclysme - Mathieu Debuchy (Lille), excellent en Allemagne, et Anthony Réveillère (Lyon), membre récurrent du groupe France. Dans le contexte d'une liste élargie, un joueur du profil de Christophe Jallet (PSG) pourrait avoir son mot à dire. Déjà orphelin d'Eric Abidal sur le côté gauche, Laurent Blanc se serait bien passé de devoir repenser sa droite.