Shevchenko pile à l'heure

Voir le site Euro 2012 de football

L'Ukraine a son héros
Par Notre envoyé spécial à Donetsk, Maxime DUPUIS|Ecrit pour TF1|2012-06-14T21:39:16.000Z, mis à jour 2012-06-15T15:56:04.000Z

Auteur d'un doublé face à la Suède, le "vieux" Andrei Shevchenko (Ukraine) a retrouvé ses jambes au meilleur des moments. Les Bleus s'en méfient grandement.

Du 4x3. D'autres formats. Mais un visage. Un seul. Celui d'Andrei Shevchenko. A Donetsk, comme un peu partout, le Ballon d'Or 2004 est placardé sur des publicités pour boisson gazeuse ou pour "vendre" cet Euro qui a bien du mal à décoller. Il y a encore peu de temps, l'ancien Ballon d'Or ne semblait pourtant pas armé pour jouer les premiers rôles. Et puis voilà... Oleg Blokhine l'a lancé dans le grand bain face à la Suède. Le résultat, on le connait. Un doublé inattendu et une sacrée résurrection.

Au crépuscule d'une carrière qui prendra peut-être fin après ce Championnat d'Europe, Andrei Shevchenko (35 ans) inspire toujours une forme de crainte. Ou de respect. Si Zlatan Ibrahimovic avait omis de citer son nom, dimanche, quand on lui a demandé de parler de l'Ukraine, les Bleus, eux, ont fait preuve de plus de déférence à l'égard de l'ancien joueur du Milan AC qui, depuis 2006, traverse les saisons comme un joueur moyen quand ça rigole, un fantôme le reste du temps. Son exercice 2011/2012 pourrait être rangé dans la deuxième catégorie (16 matches, 6 buts en championnat). Qu'importe. "On connait ses qualités, on sait que c'est un très grand attaquant", juge Marvin Martin. "Il représente beaucoup, c'est un ancien Ballon d'Or avec carrière remarquable", explique Hugo Lloris. "Les grands joueurs sont toujours présents dans les grands rendez-vous. Shevchenko a donné de l'espoir à tout un peuple", renchérit Laurent Blanc.

"L'art de se faire oublier"

Ces derniers mois, les blessures diverses et le poids des ans ont pesé sur le joueur du Dynamo Kiev, 109 sélections et 48 buts au compteur. Lundi, le miracle a pourtant eu lieu. Sheva a prouvé qu'il avait de beaux restes et, désormais, un autre joueur, qui joue encore plus avec sa tête. "Il est très intelligent. On le voit sur le terrain", nous confie Dmytro Ilchenko, qui travaille à Sport-Express. "Il ne va pas aussi vite que les plus jeunes mais il réfléchit à ce qu'il fait". Laurent Blanc est sur la même ligne : "Sheva, c'est quelqu'un que je connais bien. J'ai eu le plaisir et la chance de jouer contre lui. Des fois, tu n'en sors pas très content car il est dur à marquer. Il n'a plus ses jambes de 20 ans mais il est très intelligent. Il a l'art de se faire oublier, d'être sur le côté opposé et de se retrouver finalement au bon endroit."

Une interrogation tout de même : Andrei Shevchenko est-il capable d'enchaîner deux rencontres internationales en quatre jours ? Même s'il n'a pas terminé le match face à la Suède, Oleksander Popov, journaliste qui suit le Dynamo Kiev et l'attaquant depuis longtemps, se montre circonspect : "Lundi, le match avait lieu à Kiev. Vendredi à Donetsk, les conditions climatiques ne seront absolument pas les mêmes", prévoit-il. Sans doute pas de quoi refroidir les ardeurs et l'attente de tout un pays.