La Suède en trouble-fête

Voir le site Euro 2012 de football

Zlatan Ibrahimovic
Par Vincent BREGEVIN|Ecrit pour TF1|2012-06-08T13:03:38.000Z, mis à jour 2012-06-11T10:59:59.000Z

Les douze choses que vous devez savoir sur la Suède, avant l'ouverture de l'Euro, où les Suédois comptent bien faire tomber les favoris. Ils en ont les moyens.

SES LEADERS : IBRAHIMOVIC, UN TRAVAIL A FINIR

La Suède attend de grandes choses de Zlatan Ibrahimovic, auteur de la meilleure saison de sa carrière cette année sous le maillot de l'AC Milan avec 35 buts en 43 matches toutes compétitions confondues. Meilleur buteur de sa sélection à l'Euro, avec Henrik Larsson (4 buts), et meilleur buteur de la Suède lors des éliminatoires de l'Euro 2012 avec cinq réalisations, le Milanais est l'atout numéro un de l'attaque nordique. Il devra guider sa formation vers les quarts de finale, histoire de boucler sa très belle saison en beauté. Et de permettre aux Suédois de franchir le 1er tour d'une grande compétition internationale pour la première fois depuis 2006.

SON COACH : HAMREN, L'INCONNU DANS LA MAISON

Erik Hamren est peut-être le sélectionneur le plus méconnu du plateau de l'Euro 2012. Ce technicien de 54 ans a cependant déjà 25 ans d'expérience en tant qu'entraîneur, avec notamment un passage à Aalborg où il a remporté un titre de champion du Danemark en 2008. Nommé à la tête de l'équipe de Suède en novembre 2009, il dispute sa première grande compétition internationale.

SES "FRANCAIS" : KÄLLSTRÖM, LE PLUS FRANÇAIS DES SUEDOIS

Les Français croiseront une tête bien connue lorsqu'ils affronteront les Suédois, celle de Kim Källström. Le milieu de terrain de Lyon évolue en Ligue 1 depuis 2004. Il a débord joué à Rennes durant deux saisons, avant de rejoindre l'OL en 2006. Au total, le joueur de 29 ans a joué près de 280 matches de L1. Il n'est pas le seul de sa sélection à connaître le championnat de France. Andres Isaksson, le gardien du PSV Eindhoven, a joué lui aussi deux saisons à Rennes entre 2004 et 2006, comme Källström. Christian Wilhelmsson, l'ailier d'Al-Hilal, a effectué un court passage à Nantes au cours de la saison 2006/2007. Enfin, l'attaquant Johan Elmander s'était révélé à Toulouse entre 2006 et 2008 avant de prendre la direction de Bolton puis de Galatasaray, où il évolue depuis l'été dernier.

SES GRANDS ABSENTS : GUIDETTI DEVRA PATIENTER

On devra encore attendre un peu avant de voir John Guidetti dans un grand tournoi international Le jeune attaquant de 20 ans a été contraint de déclarer forfait en raison d'un virus. Un coup dur pour la Suède, tant l'attaquant prêté par Manchester City a brillé avec Feyenoord cette saison. En 17 matches d'Eredivisie, il a trouvé le moyen d'inscrire 18 buts.

SES GRANDES REFERENCES : LE SCALP DES PAYS-BAS

S'ils ont dû se contenter de la deuxième place de leur groupe de qualification derrière les Pays-Bas, les Suédois ont cependant ponctué leur parcours par un succès à domicile devant les Néerlandais, vice-champions du monde (3-2). Une victoire prestigieuse qui a contribué à faire de la Suède le meilleur deuxième des éliminatoires et donc d'éviter de passer par les barrages pour accéder à l'Euro. Les Suédois sont par ailleurs invaincus depuis leur défaite en Angleterre (1-0) en amical en novembre dernier. Depuis, ils ont notamment battu la Serbie (2-1) et la Croatie (1-3).

SON CALENDRIER : A L'EXTERIEUR POUR DEBUTER

La Suède aura le "privilège" d'ouvrir son tournoi face à l'un des deux pays organisateurs, l'Ukraine, un adversaire face auquel elle présente un bilan équilibré avec une victoire, un nul et une défaite en trois matches. Elle en découdra ensuite avec un opposant qu'elle connait beaucoup mieux, l'Angleterre. Les Suédois n'ont jamais perdu en compétition officielle face aux Anglais et les avaient même battus à l'Euro 1992 (2-1). Ils avaient d'ailleurs également affronté la France la même année (1-1). Face aux Bleus, la Suède présente un bilan négatif de 4 victoires, 5 nuls et 8 défaites en 17 rencontres.

SES AMBITIONS : FAIRE TOMBER LES TÊTES

Derrière la France et l'Angleterre, perçus comme les favoris du groupe D, la Suède fait clairement figure de trouble-fête. "Je pense que nous avons les moyens de franchir le premier tour, même si les Français et les Anglais sont les deux grands favoris. Mais le jeu est justement de faire tomber les favoris. On a la chance de débuter contre l'Ukraine, je pense que ce premier match sera hyper important", résume ainsi le milieu suédois Kim Källström.

SES ATOUTS : UNE EQUIPE SOLIDE, UN BUTEUR HORS-NORME

Dans le jeu, la Suède a des arguments à faire valoir. Elle a une défense expérimentée, un milieu équilibré et un attaquant de classe mondiale en la personne de Zlatan Ibrahimovic, autour duquel Ola Toivonen ou Johan Elmander peuvent aussi s'exprimer. Le collectif est solide et il ne faut pas non plus négliger la créativité des joueurs suédois. Kim Källström a notamment terminé meilleur passeur des éliminatoires, à égalité avec l'Allemand Mesut Özil, avec sept passes décisives. La Suède dispose aussi en Rasmus Elm d'un remarquable passeur.

SES FAIBLESSES : IBRA, L'ARBRE QUI CACHE LA FORÊT

Si l'on excepte Zlatan Ibrahimovic, la Suède manque peut-être un peu de talents. C'est en tout cas l'avis de Kim Källström. "Par rapport aux grandes nations, nous avons beaucoup moins de joueurs qui évoluent dans des grands clubs et qui disputent la Ligue des Champions. Nous manquons donc un peu de qualité individuelle, mais on peut compenser par un collectif très fort", explique le milieu suédois. Globalement, les joueurs d'Erik Hamren manquent aussi un peu de vécu dans les grands tournois internationaux.

SON HISTOIRE A L'EURO : 1992, LE POINT DE DEPART

Avant d'organiser l'Euro 92, la Suède n'avait jamais participé à un Euro. Depuis sa demi-finale perdue à domicile face à l'Allemagne, elle a disputé trois des quatre dernières éditions, ne manquant que l'Euro anglais en 1996. Sortis en phase de poules en 2000 et 2008, les Suédois avaient atteint les quarts de finale de l'Euro 2004, où ils ne s'étaient inclinés qu'aux tirs au but devant les Pays-Bas (0-0, 5-4 t.a.b.).

SA PLACE DANS LE FOOT MONDIAL : UNE REGULARITE INCONTESTABLE

Si l'histoire de la Suède à l'Euro a réellement débuté en 1992, son passé en Coupe du monde montre une certaine régularité des Suédois au plus haut niveau international. Ils avaient pris la quatrième place des Coupes du monde 1938 et 1958, et la troisième place des Coupes du monde 1950 et 1994. La Suède n'a jamais manqué trois éditions de Coupe du monde consécutive, ce qui en fait une valeur sûre du football mondial, à défaut d'en être un ténor.

UNE ANECDOTE : IBRA CHASSEUR DES SURFACES... MAIS PAS SEULEMENT

Zlatan Ibrahimovic a le sens de l'hospitalité. Après la défaite subie en Hongrie (2-1) lors des éliminatoires, l'attaquant de l'AC Milan a invité l'ensemble de sa sélection à un dîner chez lui, dans sa résidence de Malmö. Les coéquipiers d'Ibra ont pu déguster un sanglier que le buteur suédois avait lui-même chassé. Il n'y a donc pas que face au but qu'il sait se montrer précis !

La Suède en trouble-fête