Les Tchèques avancent masqués

Voir le site Euro 2012 de football

Les Tchèques avancent masqués
Par Nicolas SBARRA|Ecrit pour TF1|2012-06-07T15:13:44.000Z, mis à jour 2012-06-08T12:51:01.000Z

Les douze choses que vous devez savoir sur la République Tchèque, avant l'ouverture de l'Euro. Elle a toujours été en phase finale mais avance dans la discretion.

SES LEADERS : Rosicky bonifie, Cech rassure

Tomas Rosicky est un élément essentiel de la sélection. "La qualité de notre jeu est bien meilleure quand il est dans l'équipe", n'a pas hésité à dire son sélectionneur. Le meneur de jeu d'Arsenal a délivré six passes décisives en éliminatoires, soit le meilleur tchèque dans cet exercice. Blessé à un mollet et absent des derniers matchs de préparation, il est tout de même annoncé "en bonne forme" pour débuter l'Euro. Décisif en finale de Ligue des Champions avec Chelsea, Petr Cech tiendra lui aussi un rôle prépondérant, c'est une valeur sûre. L'expérience de Milan Baros, présent en équipe nationale depuis 11 ans (41 buts en 88 sélections) pourrait aussi compter. A condition qu'il retrouve un rendement satisfaisant.

SON COACH : Bilek a su convaincre

La République Tchèque absente du Mondial 2010, Michal Bilek a pris le relais d'Ivan Hasek dès la fin des éliminatoires en 2009. L'ancien sélectionneur des espoirs, en 2002-2003, a entraîné six clubs différents depuis 2001. Il a notamment dirigé deux saisons le Sparta Prague, avec lequel il a réalisé le doublé coupe-championnat en 2007. Après avoir réussi à qualifier son équipe pour cet Euro, il a chassé le scepticisme qui avait entouré son arrivée et a été prolongé jusqu'en 2014.

Les Tchèques avancent masqués

SON "FRANCAIS" : Plasil, capitaine courage des Girondins

Petr Cech et Milan Baros, ancien pensionnaires de la Ligue 1 avec Rennes et Lyon, ont désormais quitté la France. Le seul Tchèque encore présent est Jaroslav Plasil. Formé à l'AS Monaco, avec laquelle il a atteint la finale de la Ligue des Champions en 2004, le polyvalent milieu de terrain a passé deux saisons à Osasuna avant de revenir à Bordeaux depuis 2009. Il en est maintenant le capitaine, sans avoir manqué une seule journée de championnat cette saison.

SON GRAND ABSENT : Sverkos ne récidivera pas

Vaclav Sverkos était le premier buteur du dernier Euro, lors du match d'ouverture contre la Suisse (1-0). Mais l'ancien Sochalien ne sera pas de l'aventure en 2012. Gravement blessé au genou mi-mars, l'attaquant du Banik Ostrava est éloigné des terrains six mois.

SES GRANDES REFERENCES : Un barrage franchi sereinement

Les Tchèques ont terminé deuxièmes de leur groupe des qualifications derrière l'Espagne. Ils ont obtenu le droit de disputer les barrages et sont passés contre le Monténégro (2-0 et 1-0). En guise de préparation à l'Euro, un seul match amical a été disputé, et perdu, contre la Hongrie (1-2).

SON CALENDRIER : Le voisin polonais pour conclure

Dès le premier jour de compétition, le 8 juin, la République Tchèque défiera la Russie. La Grèce sera au programme quatre jours plus tard alors que la qualification pourrait se jouer face au pays hôte, la Pologne, le 16 juin.

Les Tchèques avancent masqués

SES AMBITIONS : Accéder aux quarts

Le tirage au sort a offert un groupe abordable et homogène à la formation de Bilek, qui ne tire pas de plans sur la comète. La qualification semble à sa portée en cas de bon parcours, mais il semble tout de même difficile pour les Tchèques de voir plus haut. D'autant qu'un potentiel quart de finale leur offrirait un adversaire du "groupe de la mort", l'Allemagne ou les Pays-Bas en tête.

SES ATOUTS : Les penalties, armes fatales

L'ancienne sélection de Pavel Nedved pourrait tirer son épingle du jeu en obtenant des penalties. En phase finale de l'Euro, elle n'a pas failli une seule fois dans cet exercice. Que ce soit dans le temps réglementaire ou lors de séances de tirs au but, un huit sur huit a été réussi. Un 14 sur 14 est à ajouter en tant que Tchécoslovaquie.

SES FAIBLESSES : Une attaque à la peine

De tous les pays qualifiés, la République Tchèque est la plus mauvaise attaque en éliminatoires, avec 12 réalisations. Elle a pourtant les armes pour marquer mais ses attaquants ont manqué de réalisme. Aucun n'a marqué plus d'un but. Le meilleur buteur est ainsi un défenseur, Michal Kadlec, avec quatre unités.

SON HISTOIRE A L'EURO : Toujours en phase finale

La Tchécoslovaquie a été titrée en 1976. Aucune autre victoire n'est intervenue depuis l'indépendance du pays en 1993, mais pas une seule phase finale n'a été manquée. Il s'agit de la cinquième participation de suite. Lors de la première édition de cette série, en 1996, le parcours des Tchèques s'est terminé en finale. En 2004, ils ont atteint le stade des demi-finales. En 2008, les coéquipiers de Jan Koller pensaient être qualifiés en quarts de finale en menant 2-0 à la 75e minute contre la Turquie. Mais ils sont sortis en perdant (2-3).

SA PLACE DANS LE FOOT MONDIAL : Une indépendance pénalisante

En tant que pays indépendant, la République Tchèque s'est uniquement qualifiée pour une phase finale de Coupe du Monde en 2006. Avec une élimination au premier tour. Son histoire est plus illustre en tant que Tchécoslovaquie, avec deux finales en 1934 et 1962.

UNE ANECDOTE : Seize ans sans nul

Aucun des 12 derniers matchs des Tchèques à l'Euro ne s'est soldé par un nul. Il faut remonter à 1996 pour retrouver trace du dernier. C'était une demi-finale contre la France, avec un 0-0 à l'issue de la prolongation et une victoire aux tirs au but.

Les Tchèques avancent masqués