Les Tchèques remettent les pendules à l'heure

Voir le site Euro 2012 de football

Les Tchèques remettent les pendules à l'heure
Par Vincent BREGEVIN|Ecrit pour TF1|2012-06-12T17:46:11.000Z, mis à jour 2012-06-13T11:14:03.000Z

Démolie par la Russie (4-1), la République Tchèque a rebondi face à la Grèce (2-1), grâce à une entrée en matière en fanfare lors de la deuxième journée de l'Euro 2012. Les Tchèques, moins souverains après la pause, ont marqué deux buts dans les six premières minutes.

La République tchèque a enfin démarré son Euro. Après avoir calé face à la Russie (4-1) pour son entrée dans le tournoi, la formation de Michal Bilek s'est ressaisie en dominant la Grèce (2-1) avec à la clé un début de match idéal concrétisé par des buts de Jiracek et Pilar dans les six premières minutes. Les Grecs, déjà plombés par leur première période face aux Polonais (1-1), ne sont cette fois-ci pas parvenus à remonter au score malgré la réduction de la marque par Gekas en début de seconde période. Avec un point en deux matches, ils sont quasiment hors-course pour les quarts de finale, alors que la République tchèque s'est donnée le droit de jouer son avenir lors du dernier match de ce groupe A face à la Pologne.

Vexés de la démonstration subie face aux Russes, les Tchèques avaient à coeur de ne pas commettre les mêmes erreurs. Et notamment de réussir une meilleure entame de match. Face aux Grecs, elle a été parfaite. Sur un service impeccable de Thomas Hubschman, Petr Jiracek a ainsi devancé Kyriakos Papadopoulos pour ouvrir la marque après moins de trois minutes de jeu (1-0, 3e). Quasiment dans la foulée, le milieu de terrain de Wolfsburg a été à l'origine du deuxième but tchèque, inscrit par son futur coéquipier Vaclav Pilar à la réception d'un centre de Theodor Gebre Selassie passé sous la main de Kostas Chalkias (2-0, 6e). Un break d'avance après moins de six minutes de jeu, c'était tout simplement du jamais vu dans l'histoire de l'Euro.

Sonnée, la Grèce a mis une mi-temps à se remettre de son début de match catastrophique. Elle a finalement été remise dans le match par Petr Cech. Sur une passe anodine de Georgios Samaras, le gardien tchèque a commis une grossière faute de main. En embuscade, Theofanis Gekas, entré à la mi-temps à la place de Georgios Fotakis, n'a eu qu'à pousser le ballon dans le but vide pour permettre à son équipe de réduire le score (2-1, 53e). Comme face à la Pologne au match précédent, la formation de Fernando Santos a offert un tout autre visage en seconde période, grâce en partie au coaching du technicien portugais. Mais malgré sa domination après la pause, elle n'a pu cette fois-ci combler le retard pris lors des 45 premières minutes et revenir au score. Cette défaite la place au bord de l'élimination avant son dernier match face à la Russie.